Grands Sites d’Occitanie / Montpellier : Carole Delga tend la main à Philippe Saurel

La semaine dernière, suite aux différentes déclarations sur les réseaux sociaux concernant l’absence de Montpellier de la carte des 40 Grands Sites de la Région Occitanie, nous relations les faits qui ont amené à cette situation ubuesque. De nombreuses déclarations ont encore suivi mettant en lumière l’aspect politique de la question sur fond de guéguerre entre les deux collectivités à travers leurs majorités respectives. Silencieuse jusqu’alors, Carole Delga tend aujourd’hui la main à Philippe Saurel afin d’intégrer l’ensemble du territoire métropolitain dans le dispositif.

Deux versions, une victime : Montpellier

Interrogé par Midi Libre, Philippe Saurel accusait Carole Delga de ne vouloir que le centre-ville de Montpellier. Carole Delga défend par communiqué qu’« il n’a été demandé à aucune commune de privilégier certains quartiers au détriment d’autres ». Faut-il vraiment savoir qui dit vrai tant il semble incongru de ne pas voir Montpellier apparaître sur une carte d’un dispositif promotionnel touristique présentant les Grands Sites d’Occitanie ? Hors de cette démarche régionale, Philippe Saurel préfère, en défense de son territoire, mettre en avant un autre collectif à travers la candidature de la Métropole au label Art et Histoire. Mais l’incohérence est trop flagrante aux yeux du citoyen lambda pour ne pas être corrigée rapidement. Et, il semble se dessiner aujourd’hui que peu importe où se trouve la vérité dans les positions partisanes.

Une nouvelle candidature de l’aire métropolitaine espérée

Si Philippe Saurel avait donc estimé par deux fois (en septembre 2017 et en janvier 2018) qu’il n’était pas utile de déposer un dossier afin de faire partie des Grands Sites d’Occitanie sélectionnés, la Région renouvelle aujourd’hui sa volonté de voir la Métropole faire acte de candidature. « La carte des Grands Sites est aujourd’hui incomplète, et l’ensemble des acteurs mesure l’intérêt et la force de frappe, pour l’attractivité touristique et le développement économique de la métropole de Montpellier, de notre collection des Grands Sites Occitanie / Sud de France », annonce Carole Delga dans le communiqué. La présidente de la région complète : « Je ne change pas de position : le Grand Site Occitanie / Sud de France Montpellier, qui intégrera l’aire métropolitaine, doit voir le jour, car après avoir manqué la saison estivale, il s’avère plus que nécessaire de préparer la prochaine saison et les outils que réclament les professionnels du tourisme ».

Balle dans le camp de Philippe Saurel

En conclusion de sa décaration, Carole Delga tend la main au président de la Métropole : « Si Philippe Saurel revient sur son refus, Montpellier a toute la légitimité pour devenir un Grand Site. La porte reste ouverte ». Au nom de l’intérêt commun, il sera sans doute aussi question de faire table rase des déclarations de certains effectuées en période de canicule.

Contacté hier soir, le président de la Métropole n’a pas encore donné suite à nos messages. La balle est désormais dans son camp pour que l’Occitanie compte un 41e Grand Site.

7 Comments

  1. Le pouvoir des régions, à cour terme, vont en diminution. Beaucoup de présidents vont vouloir se battre et se rabibocher pour prendre les métropoles. Les batailles ne font que commencer !

  2. Ca ressemble a l’affaire du naming de l’ex Altrad Stadium….
    Sauf que cette fois c’est saurel et Montpellier qui en fait les frais.

    Cette façon de se mettre systématiquement en conflit de la part de saurel envers Delga c’est puéril au possible

  3. Les manières de M.Saurel sont d’autant plus regrettable qu’il a raison sur le fond. La nouvelle région ne fait et n’imagine plus rien. Elle est devenu un guichet à subvention qui valide ou pas des projets communaux selon des critères peu transparents laissant la porte ouverte au clientélisme politique. Au lieu d’imaginer les projets, la nouvelle région demande aux commune de faire son travail, des collectivités qui n’en n’ont ni les compétences légales, ni techniques. Au lieu de mettre en concurrence les territoires qui la composent, la Région Occitanie ferait mieux de bosser et d’imaginer ses propres projets…. Ce qui s’appelle faire son travail comme défini dans la loi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *