MHSC : Vitorino Hilton, à l’envie et au plaisir

Tout a déjà été dit et écrit sur Vitorino Hitlon. À quelques jours d’entamer sa huitième saison de Ligue 1 avec Montpellier, le Brésilien est apparu, ce jeudi matin en conférence de presse, fidèle à lui même. Décontracté et ambitieux tel un vétéran expérimenté, couplé à la fraîcheur et l’envie d’un gamin de 20 ans. Le capitaine exemplaire du MHSC fêtera en septembre ses 41 ans dont 22 en tant que professionnel.

En forme

« Je me suis très bien préparé physiquement. On a bien bossé ». À quelques jours de la reprise de la Ligue 1, Vitorino Hilton est affuté, prêt à diriger sa défense, comme il le fait depuis plusieurs saisons avec autorité.

Et comme si la préparation concocté par le staff ne suffisait pas, il s’est offert un petit plaisir durant l’été : « Rentrer chez moi en footing. C’est un challenge dont je parle avec le kiné Olivier Mégel depuis 4-5 ans. Un jour, pendant la coupe du Monde, je n’avais rien à faire alors j’ai demandé à mon épouse de me déposer à Grammont et je suis reparti à la maison en courant ». Une petite balade de santé jusqu’aux environs de la Grande-Motte en toute simplicité…

L’envie

Sur sa longévité, Vitorino Hilton le dit lui-même : « Il n’y a pas de secret. Quand on travaille tous les jours, le corps répond. Quand on travaille moins et que l’on doit faire des efforts, le corps sera plus sollicité. Même si on dit qu’à mon âge peu de personnes le font, j’essaie de montrer que si on a l’envie, on peut y arriver ». Une simple question de motivation puisqu’en dehors du staff, le Brésilien ne fait appel à personne. « Je suis mon propre préparateur. Des fois, je me regarde dans la glace le matin et je me dis ce que je vais faire » plaisante-t-il.

Depuis 2013, chaque année, le club prolonge son contrat d’un an sans que personne n’ait à le regretter une fois la saison achevée. Au-delà du physique et des performances, c’est toujours la même envie qui l’accompagne : «  C’est ce que j’essaie de montrer tous les jours aux plus jeunes et aux plus âgés. Dès que l’on a envie et que l’on aime son métier, on peut aller très loin. Je profite au maximum. À chaque fois, je me dis : allez encore une saison. Je ne sais pas quand je vais arrêter ». Ça tombe bien, personne n’y pense.

L’ambition européenne

Au coeur de la deuxième meilleure défense du championnat la saison dernière, Vitorino Hilton a largement fait oublier son âge. Mais dans un sport collectif, il ne se contente pas de cela : « On a beaucoup de regrets. On était pas loin d’une place européenne. Si on fait la même saison en étant plus efficace, on peut être européens ». Confiant dans les bases défensives du système de Michel Der Zakarian, le capitaine du MHSC sait que les observateurs attendent Montpellier : « On va être jugé sur notre animation offensive. Avec Giovanni (Sio) et l’arrivée d’Andy (Delort), on va être pas mal ».

Dixième au terme de l’exercice précédent, l’objectif du club est de faire mieux. Si Benjamin Lecomte est au même niveau, que le système défensif s’articule aussi bien et que le secteur offensif se met à briller, effectivement ce Montpellier 2018-2019 peut faire parler de lui.

Un vrai derby

Cette saison de Ligue 1 est particulière pour Montpellier qui retrouve un derby historique et non une invention née de la fusion administrative de deux régions. « Dès qu’ils sont montés, on a su que ce serait une saison avec un vrai derby. On sait qu’il y a beaucoup d’attente pour ces deux matchs donc on va se préparer. On y est pas encore mais on y pense déjà. Dès que l’on croise un supporter, il nous dit de ne pas perdre contre Nîmes. Le message est passé ».

Et inutile de motiver davantage le Brésilien : « En tant que footballeur, on attend ce genre de match. Un derby contre Nîmes, on connaît l’histoire et on aura une pensée pour notre président qui nous a quitté. On sera tous à fond sur ces deux matchs ». On en salive d’avance. Et aux supporters qui se contenteraient d’un classement supérieur à celui de Nîmes, Vitorino Hilton ne perd pas de vu son objectif : « Si on finit européen cela veut dire que Nîmes doit aussi finir européen ». Avant de partir avec un large sourire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *