Cette nuit à Montpellier : trois policiers sérieusement blessés par un voleur

Trois policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier ont été sérieusement blessés dans la nuit de jeudi à ce vendredi, à 0h45, près de l’avenue d’Assas, par le conducteur d’une voiture volée. Il a été neutralisé et placé en garde à vue.

Les faits ont eu lieu sur la place d’Assas, à proximité de l’église Sainte-Thérèse et du collège Camille Claudel, à Montpellier, lors d’un contrôle routier. Le conducteur a refusé d’obtempérer aux signaux des policiers et a tenté de prendre la fuite. Il n’a pas hésité pour quitter les lieux à vive allure à percuter le véhicule de police-secours sérigraphiée au niveau de l’avant droit et en heurtant trois fonctionnaires en uniforme.

Une des policières a été coincée entre le véhicule de l’auteur, qui s’avérera être volé et le véhicule de police : elle présente des blessures au niveau de la jambe gauche, du poignet droit de la main gauche, ainsi qu’au niveau de l’épaule droite. Un deuxième fonctionnaire de police a été blessé au niveau du poignet, de la main droite et au mollet gauche. Le dernier gardien de la paix souffre de douleurs au pied gauche, ainsi qu’aux cotes côté droit.

Un chauffard de 26 ans

Les policiers ont été transportés aux urgences du CHU Lapeyronie par les sapeurs-pompiers du Sdis 34, intervenus avec un médecin.

Le chauffard, âgé de 26 ans, déjà connu de la Justice a été interpellé non sans mal, puisqu’il aurait donné un coup de tête à un policier et placé en garde à vue, selon nos informations. L’enquête est menée par les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault. La procédure supervisée par le procureur de la République, Christophe Barret vise des délits présumés de refus d’obtempérer, recel de voiture volée, violences volontaires avec arme par destination, le véhicule sur agents de l’autorité publique dépositaires de l’État.

Selon nos informations, le conducteur se serait bien arrêté, quand les policiers lui ont fait signe, en voyant qu’une vitre du véhicule était brisée. Il  est sorti de l’habitacle et a présenté des papiers d’identité qui ne lui correspondaient pas semble t-il, sans avoir la carte grise, ce qui a éveillé les soupçons du gardien de la paix, qui en fait part à ses deux collègues. Le suspect a alors grimpé au volant du véhicule, a mis le contact et a démarré, refusant d’obtempérer aux policiers, qui ont été percutés.

Réaction d’un syndicat de police

Ce vendredi matin, le syndicat Alliance 34 « souhaite un prompt rétablissement à ses trois collègues victimes de la violence gratuite d’un délinquant notoire qui n’a pas hésité à foncé sur des fonctionnaires de police pour essayer de se soustraire à ses responsabilité » et « demande à la justice la plus grande fermeté, Montpellier n’a que trop été le théâtre d’un défoulement de violences gratuite envers les fonctionnaires de police ».

« Alliance 34 continuera à demander un renfort conséquent de fonctionnaires de police sur Montpellier, ainsi que sur l’ensemble du département. En effet, lors de la présentation par le préfet de la Police de sécurité du quotidien -PSQ-, nous n’avons pas manqué de souligner qu’il manquait une centaine de fonctionnaires de police sur Montpellier compte tenu de l’augmentation démographique rapide », indique Rémy Alonso, le secrétaire départemental de ce syndicat.

Émotion dans le département

Ce vendredi matin, à l’hôtel de police de Montpellier où l’émotion est considérable, ces violences font l’objet de toutes les conversations dans les services, ainsi que dans les commissariats de Béziers, d’Agde et de Sète.

La nuit, l’avenue d’Assas et les artères environnantes comprises dans le quartier élargi des Arceaux à Montpellier sont un haut lieu de la prostitution, jusqu’à l’avenue du Père Soulas. Les policiers de la Sécurité publique effectuent de fréquents passages.

Cette nuit, sur les lieux du drame, place d’Assas. Photo D.R.

7 Comments

  1. C’est bien beau d’être fier de sa ville comme l’est notre Maire afin de recevoir tous les mois un millier de personnes, Sur quatre ans cela représente une ville comme Sète, sauf que les infrastructures ne suivent pas, et il est bien normal que le nombre de policiers soit bien en dessas de ce qu’il faudrait pour que les Montpelliérains dorment tranquille , Quant aux hôpitaux , je n’en parle même pas.

  2. Le chauffard, âgé de 26 ans, déjà connu de la Justice a été interpellé non sans mal, puisqu’il aurait donné un coup de tête à un policier

    Il aurait mérité une bonne correction du genre a avoir mal au os pendant des jours.
    Au passage au vue du contexte terroriste il s’en tire plus que bien,il aurait pu largement se faire troué la peau.

  3. cela sert à quoi de mettre des quantités de policiers dans la rue, si les juges relâchent les multirécidivistes aussitôt, à rien, sinon à donner à ces racailles un sentiment d’impunité de plus en plus fort!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *