Nord de Montpellier, RD 26 : le végétal remplace les produits pétroliers

Un chantier innovant est actuellement en cours au nord de Montpellier : le végétal remplace les produits pétroliers sur la RD 26. Ce chantier expérimental mené par le Département de l’Hérault sera étendu à toute la France, s’il se révèle concluant.

Comment apporter une nouvelle jeunesse à la route, entre Saint-Mathieu-de-Tréviers et Guzargues, tout en respectant l‘environnement ? Le conseil départemental de l’Hérault réalise cet été des travaux innovants de retraitement en place des anciennes chaussées de la RD 26, en utilisant un liant végétal à la place de produits pétroliers.

En cohérence avec sa démarche « route durable », le Département de l’Hérault se positionne comme un acteur historique de l’innovation, en incitant la profession routière à développer des techniques nouvelles au bénéfice de l’environnement et du cadre de vie.

Ancienne route rabotée

Le Département de l’Hérault a confié à l’entreprise Eiffage le retraitement à froid de la chaussée avec un produit de la sylviculture et de l’industrie papetière. Ce procédé à base d’huiles végétales issues des pins constitue un substitut potentiel aux produits pétroliers pour les routes du futur.

Dans une logique d’économie de ressources naturelles et de valorisation des matériaux, l‘ancienne route est rabotée sur 6 cm, recyclée sur places, puis mélangée avec le liant végétal. Cette technique est appliquée à froid, limitant ainsi l’émission de gaz à effet de serres et de substances polluant l’air ambiant.

Un coût de 251’000 €

Ce chantier innovant est réalisé sur une longueur d’environ 2,5 kilomètres, avec deux parties distinctes : une partie retraitée à froid à l’émulsion classique de bitume, en cours de réalisation, Et une partie retraitée à froid au liant végétal, effectuée lundi et mardi et achevée hier soir.

Les services routiers du Département et les experts des laboratoires pourront ainsi suivre l’évolution des deux techniques pendant trois ans, et comparer leurs performances. Si ce chantier expérimental s’avère concluant, la technique pourrait se généraliser à terme sur l’ensemble des routes françaises.

Ce chantier innovant, d’un montant de 251’000 €, est intégralement financé par le Département de l’Hérault.

>> Les chiffres clés du chantier

7 000 m² de retraitement de chassée à froid à l’émulsion de bitume

7 000 m² de retraitement de chaussée au liant biosourcé Recytal

6 cm d’épaisseur de rabotage et retraitement

3 % de dosage de liant innovant Recytal

4 000 m² d’enduit de scellement gravillonné provisoire sur les zones retraitées

900 tonnes de bétons bitumineux minces, qui seront réalisés ultérieurement, en septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *