Feux dans l’Hérault : le pompier volontaire avait un complice

Le sapeur-pompier volontaire du Sdis 34 en poste à la caserne de Bouzigues, âgé de 27 ans, en garde à vue depuis mardi pour des soupçons d’une vingtaine de feux de végétation volontaires autour de l’étang de Thau avait un complice présumé, un ami âgé de 29 ans -qui n’est pas pompier-, interpellé à son tour et placé en garde à vue par les gendarmes de la brigade de recherches de la compagnie de Pézenas.

Les deux Héraultais ont été déférés ce jeudi après-midi devant un juge d’instruction au tribunal de grande instance de Montpellier, après l’ouverture d’une information judiciaire par le procureur de la République, Christophe Barret pour les délits présumés de « destruction, dégradation ou détérioration volontaire par incendie de forêts, bois, landes, maquis avec comme circonstance aggravante dans des conditions à exposer des personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l’environnement ». Ils ont avoué les faits.

Tous deux ont été mis en examen de ces chefs. Le procureur a fait des réquisitions de mandat de dépôt. L’audience se déroulait en fin d’après-midi devant le juge de la liberté et de la détention -JLD- qui doit statuer sur leur incarcération ou leur remise en liberté sous contrôle judiciaire.

>> Le rappel de l’affaire

&nbsp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *