Ministre avec LREM à Montpellier : Mesquida écrit à Macron

La venue officielle à Montpellier de la ministre des Affaires Européennes, Nathalie Loiseau, jeudi, fait des vagues. Kléber Mesquida, le président du conseil départemental de l’Hérault exprime ce vendredi, « sa désapprobation concernant la forte participation de militants du parti de « La République en Marche » -LREM-, au déjeuner en préfecture de l’Hérault ».

Le président du Département de l’Hérault a écrit au Président de la République, Emmanuel Macron pour confirmer sa colère. Voici la lettre en intégralité :

« Monsieur le Président de la République, lors de la venue de Madame Nathalie Loiseau, ministre des Affaires Européennes, à Montpellier, comme c’est la tradition républicaine, un déjeuner a été organisé jeudi à midi en préfecture, auquel j’étais invité en qualité de président du Département de l’Hérault et représenté par Renaud Calvat, vice-président. J’ai été député pendant 3 mandats, de 2002 à 2017, sous la présidence de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande et j’ai eu l’occasion d’assister à plusieurs déjeuners avec les ministres, les parlementaires, les présidents de Régions et Départements étant invités. Or, à ce déjeuner du 19 juillet, la présence en nombre au côté de la ministre de militants du parti La République en Marche a pour le moins choqué certains participants, dont mon Vice-président, Renaud Calvat, qui s’en est ouvert à la ministre. En effet, si la ministre avait voulu inviter la responsable des < jeunes avec Macron >, le référent départemental Europe LREM, le responsable national Europe LREM, le responsable national agriculture LREM et d’autres pressentis pour la liste LREM des élections européennes, elle aurait pu le faire dans un lieu privé, c’était son droit. Par contre, qu’elle le fasse en préfecture, dans un lieu où la neutralité républicaine est consacrée, c’est inadmissible. Cette confusion s’apparente à du népotisme et abîme la République et ses usages auxquels je suis très attaché. C’est pourquoi, j’ai tenu à dénoncer ce mélange des genres et vous adresser cette protestation officielle ».

Après l’affaire explosive d’Alexandre Benalla, un des conseillers influents de son cabinet placé en garde à vue pour avoir frappé un manifestant le 1er mai dernier, alors qu’il portait un brassard « Police » illégal, Emmanuel Macron va t-il devoir gérer l’affaire Loiseau ?

>> Le cabinet de la ministre donnera sa position à Métropolitain, ce samedi.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *