Grève illimitée : le CHU de Montpellier à l’écoute des urgentistes

Le personnel des urgences du CHU Lapeyronie et de l’hôpital Gui-de-Chauliac, à Montpellier ont entamé une grève illimitée ce lundi matin. Les urgentistes s’étaient rassemblés à 9h à l’appel des syndicats FO et CGT hospitaliers dénoncent une insécurité permanente, un manque d’effectifs et des locaux inadaptés pour apporter les soins. Ils ont rapidement suspendu leur action. La direction générale du CHU de Montpellier réagit.

« Dans un contexte d’accroissement continu du nombre de patients accueillis et face aux préoccupations exprimées par les professionnels, le CHU de Montpellier accompagne depuis plusieurs mois les équipes médicales et soignantes des urgences pour adapter, au mieux, les organisations de travail et les locaux. Le travail engagé avec les professionnels a déjà permis de valider plusieurs propositions de renforcement des équipes soignantes, notamment pour le brancardage et la présence infirmière pour l’accueil et l’orientation du patient. Des renforts ont également été mis en place pour faire face à une période estivale avec une forte activité. Le travail engagé, d’accompagnement des agents, se poursuivra pour décider de nouvelles solutions d’évolution sur les trois thématiques identifiées : les organisations de travail, la sécurisation des locaux, l’adaptation de l’environnement de travail », indique la direction générale du CHU.

Croissance d’activité continue

Depuis 18 mois, le CHU de Montpellier connait une croissance d’activité soutenue et continue au sein de ces services d’urgences. Dans ce contexte, et face aux préoccupations exprimées par les professionnels, le CHU de Montpellier a mis en place, depuis novembre 2017, trois groupes de travail avec les équipes des urgences. Ces groupes ont pour mission de faire des propositions pour améliorer l’organisation de travail, la sécurisation des locaux et l’adaptation des locaux et de l’environnement de travail.

Lors d’une rencontre d’échange avec le personnel, le directeur général, Thomas Le Ludec a expliqué : « Je suis sensible à la situation des services des Urgences et de leurs personnels, et aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur exercice quotidien, du fait d’un accroissement continu du nombre de patients accueillis dans des locaux désormais sous-dimensionnés à ce flux croissant d’activité. »

122’250 passages en 2017

Le CHU de Montpellier est le seul service d’urgence du département en capacité d’accueillir toute personne en demande de soins, quelle que soit sa pathologie et la gravité de son état de santé, 24h sur 24h, 365 par an, grâce à des professionnels spécialement formés et un plateau médicotechnique complet de haute technologie.

En 2017,  on a compté 122’250 passages aux urgences dans les différents services d’urgences du CHU de Montpellier : urgences adultes, urgences pédiatriques, urgences gynécologiques, urgences tête et cou, urgences psychiatriques. 20% de ces passages ont été suivis d’une hospitalisation en service de soins.

« Grâce au travail engagé dans le cadre de ces groupes, un premier renforcement des équipes de soins a été validédébut 2018, d’une part, sur le brancardage, d’autre part, sur la  présence infirmière sur la filière courte traumatologie ainsi que dans la salle d’attenteprimaire et secondaire permettant de sécuriser les soins. Parallèlement, dans le cadre de la prévention des risques professionnels, la direction des Ressources humaines, en lien avec l’encadrement des urgences, a mis en place un programme d’action spécifique, avec l’acquisition de nombreux matériels et dispositifs permettant d’améliorer l’environnement immédiat de travail des agents », précise la direction générale du CHU.

« Des avancées notables »

« Ces actions ont conduit à des avancées notables, saluées par l’encadrement, les équipes et les organisations syndicales dans le cadre du bilan d’étape réalisé lors du comité technique d’établissement du 3 juillet dernier. Dans le cadre de la poursuite des travaux engagés par les groupes de travail, le directeur général du CHU a rencontré les professionnels des urgences et les représentants du personnel à deux reprises les 12 et 13 juillet, afin de prendre de nouveaux engagements », assure t-on au CHU.

Concernant les organisations de travail, d’importants renforts ont été accordés pour la période estivale, de forte activité.  Au-delà, de façon plus structurelle, le directeur général a validé la création d’un second poste d’infirmier d’accueil et d’orientation aux urgences Lapeyronie, en cohérence avec l’accroissement de l’activité. La création de 3 postes supplémentaires de secrétaire médicale a également été récemment actée pour d’accompagner le projet de filiarisation des urgences. Ce projet vise à permettre aux patients d’obtenir des rendez-vous programmés dans certaines spécialités dès leur sortie des urgences, afin d’éviter les ruptures de prises en charge.

Nouvelles propositions attendues

À ce stade, les groupes de travail poursuivent leur réflexion avec les directions concernées.  De nouvelles propositions sont attendues tant sur les organisations de travail, que sur la sécurisation de l’accueil des urgences et, plus globalement, l’adaptation des locaux aux flux de patients.

Lors des rencontres avec les équipes soignantes et médicales, Thomas Le Ludec a rappelé son attachement à poursuivre ce plan d’action dans le cadre de cette méthode participative et rigoureuse, qui permet de faire émerger des propositions d’évolution correspondant au plus proche aux besoins des professionnels de santé, et, in fine, de nos patients.

Dans un communiqué envoyé aux rédactions locales, les syndicats CGT et FO avaient annoncé une grève illimitée, dès ce lundi matin. Elle a été rapidement suspendue, après la réaction du CHU de Montpellier.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *