Terrasses du Larzac : une cuvée spéciale « musée de Lodève »

Les Terrasses du Larzac dédient une cuvée à la réouverture du musée de Lodève. Cette cuvée rouge inédite, un vin bio millésime 2015 -assemblage Syrah, Grenache, Carignan et Mourvèdre- est issue des terroirs identitaires de Jonquières et de Saint-Jean-de-la-Blaquière, au sud de Lodève, sur l’aire d’appellation des Terrasses du Larzac.

Même étiquette, même promesse d’agapes pour ce partenariat inédit entre les vignerons de cette jeune dénomination reconnue en AOP en 2014 et le musée de Lodève, poumon culturel du Lodévois implanté au cœur de l’ère de dénomination des Terrasses du Larzac. Ce musée avait fermé ses portes et a rouvert vendredi et a été inauguré samedi, après quatre ans de travaux de requalification totale, sur une nouvelle muséographie de ses collections permanentes et cette exposition inaugurale : « Faune, fais-moi peur ! Images du faune de l’Antiquité à Picasso ».

Reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture, cette expo fait dialoguer des œuvres d’époques et de techniques différentes autour des multiples facettes de cet être mystérieux : hybride, espiègle, érotique, dont la joie de vivre est souvent rattachée aux plaisirs bachiques du vin, de la danse et de l’amour.

Bacchus en Terrasses du Larzac

Le vin, dont l’étiquette est à l’effigie de cette figure mythologique, porte en lui toute la facétie des Terrasses du Larzac : une trame commune de fraîcheur, l’éclat et la jeunesse des terroirs de schistes de Saint-Jean-de-la-Blaquière et les argilo-calcaires plus austères de Jonquières, mais avec une jolie structure pour la garde.

Cette cuvée spéciale est commercialisée 15 euros la bouteille dans la boutique du musée, dans les boutiques de l’Office de tourisme de Lodève et de la Baume Auriol, à Saint-Maurice-Navacelles. On la retrouve dans les restaurants gastronomiques du Lodévois. Autrement dit, le partenariat se colore de mécénat, offrant la possibilité aux visiteurs du musée, d’acquérir au prix caveau une cuvée collector de cette pépite des AOP du Languedoc : tarifs entre 15 et 25 euros la bouteille pour un Terrasses du Larzac.

Le terroir, un socle commun

« Ce musée dans sa nouvelle formule, représente un pôle culturel très important du Lodévois, attractif au même titre que le musée Soulages à Rodez. Les Terrasses du Larzac, appellation dont la notoriété est aujourd’hui acquise, ne pouvait que s’allier à un projet commun de rayonnement territorial, autour de l’excellence », explique Guilhem Dardé, vigneron au Mas des Chimères en charge de la commission culturelle de l’ODG Terrasses du Larzac. Et de fait, les deux entités partagent un même territoire.

Le musée de Lodève offre un voyage de 540 millions d’années d’histoire de la terre avec des collections prélevés uniquement sur ce territoire extrêmement riche sur le plan géologique. « Les terroirs d’Octon, ce sont 240 millions d’années, illustre Guilhem Dardé, dont les vignes sont implantées à 10 minutes de Lodève, En tant que vignerons, nous travaillons sur ce sol et sur cette histoire. L’expression des vins des Terrasses du Larzac, c’est l’expression d’un terroir, d’un pays, de racines très anciennes ».

Cette cuvée sera reconduite les années suivantes, sous une formule actuellement en réflexion : soit par la création d’un comité de dégustation avec l’équipe du musée de Lodève visant à sélectionner chaque année une cuvée dédiée, soit par la réalisation d’une cuvée commune, un assemblage de vins impliquant différents vignerons des Terrasses du Larzac.

>> Pratiquehttp://www.terrasses-du-larzac.com

Le périmètre des vignobles des Terrasses du Larzac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *