Montpellier : avec artOmômes, l’art s’expose dans les écoles

La Ville de Montpellier a mis en place le dispositif artOmômes. Une artothèque, composée de lithographies et sérigraphies originales, mise à disposition des écoles élémentaires. Une dizaine d’entre elles, comme l’école Léo Malet, ont ainsi exposé une oeuvre et travaillé autour avec les enfants durant un trimestre. Sonia Kerangueven, déléguée à la Réussite éducative, annonce que le dispositif prendra plus d’ampleur avec 35 écoles supplémentaires.

Après avoir été informée du dispositif, Catherine Serrano, directrice de l’école Léo Malet, a réuni l’équipe enseignante, afin de choisir une oeuvre à exposer au sein de l’établissement. Ayant effectué un voyage scolaire à Sète l’année dernière, le choix s’est porté sur une sérigraphie d’Hervé Di Rosa, car « cela parlait à certains enfants ». Depuis avril, l’oeuvre est ainsi exposée « dans la salle polyvalente car il y a beaucoup de passage ».

Un travail pédagogique autour de l’oeuvre

La Ville de Montpellier s’est associée aux services de l’Éducation nationale afin d’accompagner les enseignants. Les œuvres sont toutes accompagnées d’une fiche pédagogique (description, présentation de l’artiste, mots-clés, références et pistes pédagogiques) réalisée par les conseillers pédagogiques de l’éducation nationale.

Vincent Stanek n’a pas manqué de saluer le dispositif : « Il y a un réel intérêt à couvrir le plus possible d’écoles. Cela associe beaucoup de choses et il y a une vraie synergie avec la Ville qui est très active en matière de culture ». Le directeur académique des Services de l’Éducation Nationale rappelle notamment que des enseignants travaillent avec le musée Fabre pour préparer des dispositifs à destination des scolaires.

« Nous allons plusieurs fois dans des musées pour aller vers l’art. Là, nous avons la chance d’avoir l’art qui vient aux enfants », explique Sophie Gastal. La professeure des écoles a travaillé avec sa classe de CP autour de la sérigraphie d’Hervé Di Rosa. Une ouverture idéale pour étudier les drapeaux. Et à leur tour, les enfants ont déployé leurs talents artistiques pour réaliser leurs vision de l’oeuvre en s’inspirant particulièrement des « animaux bizarres, des drapeaux et des couleurs ».

Peut-être la naissance de futurs artistes montpelliérains…

Les enfants ont réalisé leurs versions de l’oeuvre d’Hervé Di Rosa © CN
Une sérigraphie d’Hervé Di Rosa exposée aux yeux des enfants de l’école Léo Malet © CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *