Gare TGV de Montpellier : quatre premiers trains sans inauguration

« Attention, éloignez vous de la bordure du quai »…À 6h41, ce samedi, le premier TGV a destination de Paris a quitté la nouvelle gare LGV. Les premiers trains au nombre de quatre chaque jour jusqu’à la fin de l’année transitent par la nouvelle gare TGV Sud de France de Montpellier, implantée sur le site de la Mogère, dans la commune mitoyenne de Lattes, à proximité de les autoroutes A709 et A9.

Une mise en service officielle par la SNCF, sans inauguration, la cérémonie qui devait avoir lieu aujourd’hui a été annulée et reportée, après le refus d’y participer de Philippe Saurel, le maire de Montpellier et président de la métropole. En pleine grève des cheminots, un conflit a récemment opposé Philippe Saurel et Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie -Pyrénées-Méditerranée- sur le non-paiement d’une dette du conseil régional à la SNCF, relative au financement de la ligne LGV.

Carole Delga avait répliqué aux propos du maire de Montpellier et président de la métropole : « Le maire de Montpellier n’a pas à se mêler des relations contractuelles entre la Région et la SNCF, la collectivité, sur un total de 357 millions d’euros qu’elle aurait dû payer à ce jour, devait encore payer 32 millions d’euros, mais la SNCF nous doit 21 millions, donc on a un différend sur 11 millions ».

Combien de trains au final ?

La présidente du conseil régional d’Occitanie a ajouté : « Je n’ai eu l’assurance de l’augmentation des TER que depuis fin avril dernier, je n’ai eu de cesse, depuis deux ans, d’obtenir des garanties qui ne venaient pas. Et je n’ai toujours pas la confirmation du nombre de TGV qui pourraient passer par la nouvelle gare TGV Montpellier Sud de France. Il se pourrait qu’il y en ait à terme une trentaine, contre quatre seulement à l’ouverture de la gare en juillet, tant que la gare de Manduel, aux portes de Nîmes, n’est pas encore opérationnelle ».

Carole Delga déplore, par ailleurs, l’absence de lien direct entre la gare Saint-Roch en centre-ville et la nouvelle gare TGV de la Mogère, distantes de six kilomètres : la station de tramway la plus proche se situe à Odysseum. Le maillon manquant sera construit ultérieurement. Mais quand ? Dès ce samedi, la TaM 3M met en place des navettes de bus pour se rendre à la gare TGV Sud de France.

Philippe Saurel favorable au projet

Philippe Saurel répète qu’il est favorable à l’aboutissement du projet : « Le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, d’une valeur de deux milliards, est un équipement structurant pour le territoire national et européen, notamment pour les liaisons ferroviaires avec l’Espagne. Il faut le regarder à l’échelle de 2050 », assure le président de la métropole, qui demande à l’État et à son opérateur, la SNCF, « de remplir leur contrat ». Dans un courrier adressé au Premier ministre, Philippe Saurel a demandé au gouvernement « d’accélérer les travaux de la gare de Nîmes-Manduel pour ne pas avoir construit une gare qui ne sert à rien à Montpellier. Le problème, c’est que quatre TGV feront halte à la gare Sud de France cette année et pas plus de 13 trains par jour s’arrêteront à la Mogère, une fois la gare TGV voisine de Nîmes-Manduel mise en service ».

Programmée en 2020, le chantier de construction de cette gare implantée dans le Gard a pris un énorme retard. Quand la gare TGV de Nîmes-Manduel sera opérationnelle, Montpellier sera à 3h de Paris.

Les Verts dénoncent une gabegie

Après le fret qui l’emprunte déjà, la gare TGV Sud de France de Montpellier va accueillir ce samedi les premiers trains de voyageurs. Le parti d’Europe Ecologie Les Verts sera présent ce samedi après-midi, vers 15h30 pour l’arrivée du premier TGV et pour dénoncer une gabegie.

340 millions d’euros, c’est le coût total de cette infrastructure, selon les calculs d’Europe Ecologie les Verts, opposés depuis le départ à la création de cette nouvelle gare TGV Sud de France. Pour arriver à cette somme, les élus écologistes au conseil régional d’Occitanie ont tout compté, la gare elle-même, certes, mais aussi les aménagements routiers nécessaires, le prolongement de la ligne de tramway depuis Odysseum, les bâtiments prévus autour, comme le palais des sports ou le stade de football, ancrés dans le futur quartier Cambacérès.

Pour Christian Dupraz, conseiller régional d’Europe Ecologie les Verts, « toute la marge d’investissement de la métropole pour les 10 à 15 ans à venir va passer dans ces aménagements divers. La gare est le prétexte à des investissements démesurés dans ce vaste quartier qu’on veut créer autour ».

Pour dénoncer cette « gare fantôme », évaluée à 185 millions d’euros sur les 340 millions, pour seulement 4 trains par jour cette année et le quartier Cambacérès prévu autour, les élus écologistes ont déchiré, mercredi, un grand billet symbolique devant la nouvelle gare TGV. Les Verts demandent aux Montpelliérains de se rassembler ce samedi à 15h30 devant la gare TGV Sud de France, à la Mogère, avant l’arrivée d’un TGV en provenance de Paris à 15h44. Une manifestation qui aura l’allure d’une contre-inauguration.

Les élus écologistes dénoncent le coût de la gare TGV Sud de France et des équipements du quartier Cambacérès prévus à proximité. / © F3 LR
 

 

 

4 Comments

  1. Mais quel honte..

    Voila une belle démonstration de plus d’égo et d’orgueil.

    Tout ce travail de la part des ouvriers,des entreprises, et une ouverture honteuse,en cachette.

    Beaucoup de négativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *