Montpellier : suppression de lits en psychiatrie à la Colombière

En supprimant 19 lits d’intra-hospitalier, ainsi que deux secteurs d’extra-hospitaliers -antennes délocalisées-, le pôle psychiatrie du CHU de Montpellier à l’hôpital de la Colombière, décide de tourner le dos à nombre de patients, le tout sans la moindre concertation avec les personnels médicaux et paramédicaux -aides soignants, infirmiers, psychologues, agents de service hospitalier, etc.- accusent les syndicat hospitaliers. En réalité, c’est un service entier qui est sacrifié, celui de l’Uttad, l’unité de traitement des troubles anxieux et dépressifs.

La fermeture, semble t-il précipitée de l’Uttad s’inscrit dans la projet de réorganisation de la psychiatrie adultes du CHU de Montpellier, selon la direction générale. Cette décision provoque des remous. Le syndicat CGT du CHU a organisé des rassemblements et lancé une pétition.

« Ce n’est pas une révolution, c’est une douce mutation », selon le Pr. Patrice Taourel, président de la commission médicale d’établissement. « C’est un projet lancé en avril dernier qui vise à moderniser la psychiatrie de l’adulte sur le CHU de Montpellier », précise Guillaume du Chaffaut, directeur adjoint du CHU de Montpellier à nos confrères de La Marseillaise.

« Accès aux patients maintenu »

Le Pr. Taourel assure que, « On va fermer 10 lits sur 250, et non 19, on raccourcit les durées moyennes d’hospitalisation, et l’accès des patients au CHU sera maintenu, contrairement à ce que disent certaines organisations syndicales. Le projet a aussi un impact social, avec un redéploiement de moyens sur Lunel, Lodève et Clermont-l’Hérault. »

Il ajoute que le projet « à moyens constants élaboré après six mois de rencontres avec les praticiens, les infirmiers consiste à optimiser l’offre de soins en hospitalisation à temps complet, avec un parcours plus cohérent au sein du CHU. Il s’agit de renforcer l’articulation entre hospitalisation à temps complet et activité ambulatoire ».

17’627 patients accueillis en 2017

Organisé aujourd’hui en sept secteurs, le pôle psychiatrie adultes du CHU a accueilli 17’627 patients l’année dernière, dont 3 325 en urgence et post-urgence. L’ensemble des pathologies de la psychiatrie y sont traitées par 54 psychiatres et 390 infirmiers. Le pôle emploie 25 personnels administratifs et techniques.

Un des aspects les plus contestés de ce projet par les syndicats est la suppression, actée, de l’Uttad. Récompensé il y a quatre ans pour son excellence, cette unité comportait 19 lits d’hospitalisation à temps complet. Une lettre ouverte diffusée mercredi 20 juin qui présentait le projet de réorganisation a été signée par 36 psychiatres sur 54 au CHU, mais aussi par l’Unafam 34 Occitanie, et Gem Janus 34, deux associations de patients et de familles.

Les différentes actions et luttes menées par le personnel de la Colombière en novembre dernier n’auront manifestement pas suffi à enrayer les projets de la direction du CHU de Montpellier. En effet, de nombreux soignants s’étaient rassemblés en avril et en mai à l’appel de la CGT pour dénoncer une dégradation de l’accueil et de la prise en soins des patients en psychiatrie : la surpopulation de patients dans les unités de soins, conjuguée au manque de personnels soignants formés et expérimentés, conduit à des agressions répétées envers les blouses blanches.

« En fermant 19 lits, ainsi que des structures extérieures qui sont pourtant au plus près de la population, la direction du CHU persiste à mettre à mal une spécialité déjà en souffrance. Les patients concernés vont être réorientés vers le secteur privé lucratif quand ils en auront les moyens financiers, ou sacrifiés sur l’autel de l’hôpital-entreprise.Le principe d’une santé à deux vitesses, déjà très présent dans le modèle anglo-saxon, prend ici tout son sens », dénonce Françoise Gaillard, secrétaire générale de la CGT du CHU de Montpellier.

Une annonce en catimini

« Le 12 avril dernier, la direction de la Colombière a annoncé en catimini la fermeture de l’Uttad, une décision allant contre toute logique, économique, éthique et médicale. Le 10 avril dernier, le service psychiatrie de l’hôpital la Colombière a reçu un mail de la direction du CHU les félicitant des résultats enregistrés et des économies faites ces dernières années. Dans ce mail, tout était formidable. Nous allions avoir 500’000 euros pour le développement de nos unités, 1 million d’euros pour la recherche, etc, souligne Emmanuel Mariani, délégué CGT du CHU de Montpellier, Deux jours plus tard, la même direction informait le personnel soignant de la fermeture de l’Uttad ».

Une pétition a été lancée sur change.org recueillant recueillant des milliers de signatures. Une page Facebook « Sauvons l’Uttad-Groupement de patients » est également consultable.

>> Pétition de soutien : https://www.change.org/p/sauvons-l-uttad-unit%C3%A9-de-traitement-des-troubles-anxieux-et-d%C3%A9pressifs-chu-de-montpellier

 

2 Comments

  1. Une décision qui va à l’encontre du soin à porter au patient. Je sais avec la plus grande des certitudes que j’ai besoin d’une « longue » hospitalisation de manière à me couper de mon quotidien et de mes travers, et ce n’est pas en proposant une hospitalisation en ambulatoire que cela m’aidera car je retomberai dans le même cercle infernal. Et d’autre part, l’ambulatoire sous-entend des trajets quotidiens, que ma retraite CHRU ne me permet pas de financer. Il est vraiment dommage de prendre les patients en otage sous prétexte de modernisation. Là, je ne la vois pas mais perçoit une régression certaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *