Lunellois : Saint-Sériès ne fera pas partie de la commune nouvelle

INFO MÉTROPOLITAIN. Début janvier dernier, quatre maires du Lunellois, ceux de Saturargues, Vérargues, Saint-Christol et Saint-Sériès étaient fiers d’annoncer des fiançailles en vue du mariage pour créer une commune nouvelle, comme une nouvelle loi le permet.
La réflexion sur cette fusion, l’unique dans l’Hérault, puisque un autre projet de regroupement de Capestang, Poilhes et Montels, à l’ouest de Béziers pour créer une seule entité a capoté, était en cours depuis le début de l’année. Elle a fait long feu.
Après le divorce de Saturargues, le 15 mai dernier, le naufrage se poursuit. Ce soir, Saint-Sériès s’est officiellement retiré du projet, après une levée de boucliers de nombreux habitants. Opposés à une commune nouvelle, dont le nom n’a toujours pas été trouvé, ont lancé une pétition qui a obtenu des centaines de signatures. Les liens étaient forts entre les maires et les élus, depuis ces six derniers mois, mais la population n’a pas adhéré, à l’instar de Saint-Sériès. Devant 72 habitants rassemblés devant la mairie, ce mardi soir, la maire a annoncé le retrait de Saint-Sériès sous des applaudissements nourris.

Enthousiasme douché

Pour Jean-Luc Bergeon, le maire de Saint-Christol qui est conseiller régional, l’enthousiasme était bel et bien là. Il croyait au mariage des quatre villages voisins. Un enthousiasme douché ce mardi soir, après le retrait de Saint-Sériès.

Ces maires du Lunellois estiment qu’il faut désormais construire des communes du XXIe siècle, adaptées au vieillissement de la population comme à l’éducation des jeunes générations. Et pour lui, ce n’est pas en restant seuls que des villages y parviendront.

En s’associant, ces communes franchiront ensemble la barre des 4 000 habitants. Auraient franchi plutôt, puisque la commune nouvelle ne rassemblera plus que deux villages. Question : une nouvelle commune peut-elle être composée de deux villages ?

Un dispositif peu utilisé

Entre novembre et décembre 2015, 229 arrêtés préfectoraux portant création d’une commune nouvelle ont été publiés au Journal officiel. Selon le secrétaire d’État en charge de la réforme territoriale, la France compterait désormais un peu moins de 36’000 communes.

La création de commune nouvelle a été prévue par la loi du 16 décembre 2010 de réforme territoriale afin de permettre une fusion plus simple des communes et de mieux lutter contre l’émiettement communal. Des communes nouvelles peuvent être crées à la demande d’au moins les deux tiers des conseils municipaux des communes d’un même établissement public de coopération intercommunale -EPCI-, à la condition qu’ils représentent plus des deux tiers de la population totale.

Cependant ce dispositif a été peu utilisé depuis l’entrée en vigueur de cette loi. Pour encourager la création de communes nouvelles, la loi du 16 mars 2015 donne plus de place aux conseillers municipaux des anciennes communes. Pendant la période transitoire allant de la mise en place de la nouvelle collectivité territoriale au renouvellement de son conseil municipal, tous les élus municipaux composent le conseil municipal transitoire. Les anciennes communes deviennent des communes déléguées. Un maire délégué est élu par le conseil municipal de la commune nouvelle.

1 Comment

  1. Dommage pour le village de St Séries espérons qu’un jour ils comprendront que leurs intérêts est Commune Nouvelle.
    JM .M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *