Gignac : un adolescent caillasse la brigade de gendarmerie

La caserne de gendarmerie de la communauté de brigades de Gignac-Aniane, à une vngtaine de kilomètres à l’ouest de Montpellier, a été volontairement caillassée par un adolescent, dans la nuit de vendredi à samedi. Une des cinq pierres utilisées pour bombarder la façade de la brigade implantée à Gignac a brisé une vitre.

L’auteur présumé de ces dégradations n’a pas couru longtemps, il a été interpellé un peu plus tard, alors qu’il avait rejoint le domicile familial. Il fait partie de trois mineurs âgés de 16 et 17 ans qui, depuis ces dernières semaines multiplient les actes de délinquance à Gignac. Et le caillassage de la brigade de gendarmerie s’est déroulée pendant que les deux complices étaient interrogés dans le cadre d’une garde à vue, après leur arrestation pour des dégradations volontaires d’une voiture.

Retrouvailles musclées

Le propriétaire de ce véhicule est exaspéré par les actes en récidive du jeune trio livré à lui même, la nuit, dans les rues de Gignac : à trois reprises, les trois adolescent s’en sont pris à sa voiture en stationnement. À deux reprises, la victime a surpris le trio en train de se livrer aux dégradations. Et a déposé des plaintes à la gendarmerie qui a lancé une enquête.

Au volant de son véhicule, le Gignacois, exaspéré, a localisé les trois délinquants présumés du côté du collège pour leur demander des comptes. Des retrouvailles musclées avec des plaintes déposées à leur tour par les trois adolescents, dont deux ont été interpellés dans la foulée pour les dégradations volontaires sur les véhicules, comme Métropolitain l’a évoqué ici, hier.

Outrages et rébellion

Des interpellations mouvementées puisque les délits présumés d’outrages et de rébellion visant sept gendarmes de la compagnie de Lodève. Et c’est donc pendant que les deux jeunes auteurs étaient en garde à vue à la brigade, que leur complice a bombardé le bâtiment avec des pierres.

Le parquet des mineurs du tribunal de grande instance de Montpellier supervise les investigations des gendarmes et devrait apporter une réponse pénale adaptée rapidement pour faire cesser les actes des trois adolescents, remis à leur famille après leur garde à vue.

2 Comments

  1. Il est urgent de faire une loi pour les mineurs couper les allocations puisque les parents ne les gèrent pas et après c est trop facile parce que tu es mineur tu risques rien

  2. En plus tu dois vraiment pas avoir envie de faire ton travail quand tu es flic tu te fais insulter à tout va tu fais une enquête qui aboutit et au final ils sont libres et prêt à recommencer !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *