Exposition à Montpellier : le génie Picasso, tel qu’il se donne à voir

C’est l’événement culturel de l’été à Montpellier, que l’exposition Picasso. Notre critique d’art Manon Haddouche que l’on retrouve ici chaque dimanche ne pouvait ne pas manquer sa visite au musée Fabre. Elle n’a pas regretté, elle en est repartie conquise par les oeuvres du maître.

Associé à la manifestation culturelle internationale Picasso-Méditérranée, le musée Fabre présente l’exposition Picasso. Donner à voir, jusqu’au 23 septembre.  À l’initiative du Musée national Picasso-Paris, cet évènement présente différentes étapes qui ont marqué les 77 ans de créations de l’artiste. Ainsi, plus de cent oeuvres de ce génie artistique sont exposées et proposent au public une visite immersive sensationnelle. 

Avec un total de près de 70’000 oeuvres, l’héritage de Picasso est considérable. Les différentes pièces de toutes natures sélectionnées ici, à retrouver dans quatorze moments clés, offrent à voir la grande diversité du travail de Picasso. Celles-ci proviennent de sources différentes, françaises et étrangères, de musées, mais aussi de grandes collections privées formant un ensemble exceptionnel. 

Un triangle intimiste à expérimenter

La scénographie de l’exposition souligne la cohérence de l’oeuvre de l’artiste. Le parcours ainsi configuré propose un espace ouvert. Les différentes pièces que l’on y découvrent peuvent être ensuite de nouveaux aperçues derrière un pan de mur et ainsi ré-appréhendées après la lecture de textes et/ou la visualisation des pièces environnantes.

À la manière d’une tragi-comédie, on navigue ici entre des inspirations multiples, tantôt imprégnées de mélancolie, qui nous parlent avec un ton grave, tantôt enjouées et plus légères, nous charment avec un regard tendre, parfois même lascif mais toujours fascinant. Ici, on assiste à l’ensemble de ces quatorze moments clés et on se ballade librement dans ces sept décennies créatives, figeant ici, aujourd’hui, le temps.

Une table tactile numérique

Pour appuyer le côté immersif et la proximité avec l’artiste et sa création, il est possible d’utiliser une table tactile numérique, mise à disposition du public. Celle-ci permet de faire connaissance en profondeur avec « La Femme aux mains jointes » et aux préparatoires dévoilés grâce aux photographies à l’infrarouge. Cet aspect connecté ajouté à la scénographie originale offre un triangle irrésistible et intime entre l’artiste, son oeuvre, et le public; dont le degrés d’interprétation personnel de chacun varie mais ne peut rester de marbre. 

Immersion dans la fertilité de l’oeuvre d’une vie

D’une richesse et d’une diversité incroyables, l’oeuvre de Picasso ne se limite pas qu’à la peinture. Ici, tableaux, sculptures, dessins, céramiques, estampes ainsi que des pièces documentaires se côtoient. Les dessins préparatoires exposés rapprochent tant d’un point de vue physique que psychique, du processus créatif de l’artiste.

Les quatorze moments clés sélectionnés nous rapprochent, eux, de l’état d’esprit de Picasso et de ses périodes marquantes présentées.  « Modernité parisienne et période bleue » – 1901, rend par exemple compte de la façon avec laquelle sa découverte de la capitale française en 1900 lui a permis de se familiariser avec les tendances modernes de la peinture.

Un des moments clés abordés : la période bleue

Dans cette même section, a lieu l’éclosion de la période bleue. Une période mélancolique, se reflétant dans la teinte bleue dominante dans ses oeuvres. Celle-ci prend racine dans les visites de l’artiste à la prison pour femme Saint-Lazare et fait suite au suicide de son ami Carles Casagemas. « La Mort de Casagemas », huile sur bois datée de l’été 1901, montre son ami suicidé, allongé et éclairé à l’aide d’une bougie. La tempe bleuit à l’endroit où l’impact à provoqué son dernier soupir, il est enveloppé dans un voile clair, le teint blême également bleuté. Une oeuvre qui reflète et respire la souffrance profonde, pour le défunt mais également pour le peintre.

Picasso est un artiste perpétuellement en mouvement. Nourrit par différents courants, il est insaisissable . Une originalité hors du commun, reconnaissable au premier coup d’oeil. Pas de style défini, ni définitif, mais un génie à la fois dans la technique, le talent et la recherche continuelle et insatiable de découverte.

Une découverte incontournable possible le dimanche, ce qui constitue une excellente idée de sortie culturelle rafraîchissante.

>> Exposition Picasso, Donner à voir, à visiter jusqu’au 23 septembre, du mardi au dimanche de 10h à 19h. Fermé le lundi. Au Musée Fabre, 39, boulevard Bonne Nouvelle, Esplanade Charles de Gaulle, à Montpellier. Tél. 04.67.14.83.00

Photos de M.H pour Métropolitain.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *