Béziers : un policier de la Sécurité publique en civil tabassé

Un policier de la Sécurité publique en fonction au commissariat de la circonscription de Béziers a été tabassé par trois individus mardi soir, dans une rue de la ville, alors qu’il était en civil et hors service, selon le syndicat Unité SGP Police-FO de l’Hérault.

« Une nouvelle fois, un de nos collègues a été agressé au seul fait qu’il était policier, c’est intolérable », déclare Stéphane Navarro, le secrétaire départemental de ce syndicat.

Deux arrestations

L’agression s’est produite vers 21h, place de la Madeleine. Le gardien de la paix a été roué de coups de poings et de pieds lorsqu’il était au sol. Il s’en est tiré miraculeusement en se recroquevillant. Pris en charge par les sapeurs-pompiers et un médecin, il a été transporté aux urgences de l’hôpital de Béziers.

L’enquête des policiers de Béziers n’a pas tardé. Peu après les faits, deux des trois agresseurs qui ont été identifiés rapidement ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils ont reconnu ce policier esseulé qui portait son arme de service dissimulée sous ses vêtements, arme qui lui n’a pas été volée.

« Une lâche agression »

Ce mercredi, dans un communiqué, Unité SGP Police-FO « demande que tous les moyens soient mis en œuvre pour interpeller le troisième individu auteur de cette lâche agression et que des sanctions exemplaires à hauteur des agressions commises soient prises. Les forces de l’ordre ne pourront accepter plus longtemps d’être la cible de voyous assoiffés d’en découdre avec les policiers, de les blesser, voire de les tuer. Il est absolument nécessaire qu’une prise de conscience générale intervienne au plus vite et que la justice de notre pays fasse preuve de la plus grande fermeté envers les agresseurs de représentants des forces de l’ordre ». 

Au nom du syndicat, Stéphane Navarro souhaite un prompt rétablissement « à notre collègue blessé lors de cette lâche agression ». L’enquête est supervisée par le procureur de la République de Béziers. Il ressort que le policier en civil a été reconnu par les trois agresseurs. Reste à déterminer le mobile de leur acte violent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *