Montpellier : Sonia Kerangueven détaille le retour à la semaine de quatre jours

Montpellier a fait le choix, comme la majorité des communes, de revenir à la semaine de quatre jours dans les 124 écoles de la ville. « L’éducation est vraiment une priorité pour Philippe Saurel » a rappelé Sonia Kerangueven, et ce, même si ce dernier aura préféré à cette présentation, le plateau d’une télévision locale pour mener sa bataille contre la Région sur fond de contournement ferroviaire. À la déléguée à la Réussite éducative d’expliquer la mise en place de la nouvelle organisation du temps scolaire et périscolaire.

La nouvelle organisation

Près de 22’000 enfants, et leurs parents, sont concernés par ce retour à le semaine de quatre jours à la rentrée de septembre prochain. Un retour souhaité par 88 % des conseils d’école et dont plusieurs formules ont été testées dans trois établissements durant l’année scolaire qui s’achève.

Sonia Kerangueven revient sur l’expérience de la semaine de quatre jours et demi : « Les parents se plaignaient de la fatigue de leurs enfants. Les enseignants expliquaient, pour une grande majorité, que le mercredi matin ils n’étaient plus sur un temps où ils apprenaient les fondamentaux mais sur quelque chose de ludique parce que les enfants étaient fatigués. Ils arrivaient ensuite le jeudi matin exténués et avaient du mal à rentrer dans leur programme et apprendre les fondamentaux : lire, écrire, compter. On est là pour l’intérêt de nos enfants ».

Avec la disparition des TAP, place à une nouvelle organisation qui voit apparaître, pour les parents qui le souhaitent, une heure d’accueil gratuite après la classe en école maternelle et d’étude surveillée suivie de jeux éducatifs en école élémentaire.

Les écoles publiques seront ouvertes de 7h45 à 18h30 les lundis, mardis, jeudis et vendredis :

  • 7h45-8h30 (ou 8h45 dans le cas de l’horaire dérogatoire) : Accueil du matin.
    Ce temps reste payant et soumis à une tarification sociale.
  • 12h-14h : Temps méridien et de restauration scolaire.
    La restauration scolaire reste payante et soumis à une tarification sociale. La réservation sera nécessaire pour limiter le gaspillage alimentaire et garantir la meilleure organisation possible.
  • 16h30-17h30 (ou 16h45 dans le cas de l’horaire dérogatoire) : Accueil après la classe en école maternelle et Étude surveillée suivie de jeux éducatifs en école élémentaire.
    Temps gratuit. La réservation sera nécessaire en maternelle comme en élémentaire afin de garantir la meilleure organisation possible.
  • 17h30-18h30 (ou 17h45 dans le cas de l’horaire dérogatoire) : Accueil du soir.
    Ce temps restera payant et soumis à une tarification sociale.

Un temps gratuit et organisé

« C’est une heure de temps périscolaire où nous mettons en avant l’étude surveillée. C’est pour nous une vraie plus-value. On la propose pour que les enfants puissent revoir leurs leçons et, ce qui est le vrai projet politique, retrouver les fondamentaux : lire, écrire, compter » annonce Sonia Kerangueven qui complète « C’est un temps gratuit et organisé. Les parents pourront laisser leurs enfants sur cette étude surveillée et n’auront plus la charge des devoirs ou des leçons à la sortie de l’école ».

Ces temps d’étude surveillée seront menés au sein des établissements par des enseignants en vacation et des associations. Si ce n’est pas du soutien scolaire, et qu’il ne s’agit pas non plus d’un temps d’enseignement Sonia Kerangueven explique : « On n’est pas sur une étude dirigée mais sur une étude surveillée. C’est un temps après l’école où les enfants auront un goûter, un temps de récréation et se poseront sur leurs leçons et devoirs. Les devoirs écrits sont interdits donc logiquement il n’y en a pas. C’est vraiment prendre un temps pour relire ses leçons, les assimiler et finir sur un jeu éducatif ».

Les associations, « reconnues d’éducation populaire », qui participeront, en complément des enseignants, sont celles qui intervenaient majoritairement lors des TAP sous l’ancienne organisation. « Pour les petites associations qui intervenaient de manière minoritaire », Sonia Kerangueven assure que « les services de la ville sont en train d’étudier la perte d’activité et de les rediriger vers des structures culturelles ou sportives voir même sur nos centres de loisirs ». À la rentrée, chaque association choisie pour intervenir durant ce nouveau temps sera affectée pour l’année à un établissement.

Budget constant

L’abandon des TAP et le passage à cette nouvelle organisation n’aurait pas d’impact financier pour la ville. « On est sur un budget constant » assure Sonia Kerangueven qui ajoute, « On est une des rares villes à proposer ce temps gratuit. Il y a une vraie volonté d’accessibilité et de plus-value sur ce temps là. Les autres communes font payer ».

Et si les TAP, malgré ses détracteurs, permettait un accès à la culture pour certains enfants, la déléguée à la réussite éducative rappelle que « des activités sportives, culturelles ou citoyennes sont menées durant le temps méridien. Et qu’il y a d’autres actions culturelles à destination des écoles comme artOmômes ». Quant au Plan Mercredi annoncé par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, Sonia Kerangueven a juste indiqué : « C’est encore un peu flou car nous n’auront pas plus d’informations avant mi-juillet. Mais c’est quelque chose qui, pour nous, est important sur lequel on va se pencher et étudier ».

Le Plan éducatif du territoire 2018-2021, finalisé avec les services de la Préfecture, de la DASEN et de la CAF de l’Hérault, qui encadre la nouvelle organisation, sera voté au conseil municipal du 28 juin. Certaines écoles devant encore choisir leurs horaires, une communication sera ensuite faite pour informer les parents de chaque établissement.

1 Comment

  1. Et comment cela se passe t il le mercredi matin pour les patents qui travaillent ? La matinee etait gratuite a l ecole mais le centre de loisir sera payant toute la journee ? Et toujous sur des horaires différentes que celle de l ecole????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *