Centre de rétention de Sète : un pro-migrant en grève de la faim s’enchaîne

Le 11 juin dernier, le collectif Migrants Bienvenue 34, rejoint par diverses associations, s’est rassemblé devant le centre de rétention administrative ( C.R.A.) de Sète pour protester contre le placement et la future reconduite de deux retenus ivoiriens et au démantèlement des C.R.A. .

Ce mouvement, réunissant une cinquantaine de personnes, souhaitait dénoncer des centres de rétention administrative « cachés ». En soutien aux personnes retenues, l’un des protagonistes s’est enchaîné à un poteau d’éclairage public implanté devant le C.R.A. et a commencé une grève de la faim. Elle se poursuivait ce mercredi matin.

Messages mensongers

Malgré les mesures effectives d’éloignement des deux ressortissants ivoiriens, quelques manifestants perdurent dans leur mouvement de protestation en diffusant au public, certains messages, dont celui de mauvais traitement et d’injustice à l’encontre des retenus.

Des messages mensongers pour le syndicat Unité SGP Police-FO 34 : « Il est inacceptable que quelques manifestants puissent porter l’opprobre sur la police nationale, une institution républicaine garante des libertés individuelles et collectives dont celle de penser, de s’exprimer, de se rassembler, de manifester, etc. ».

Indignation

Unité SGO Police-FO 34 se dit « indigné que certains puissent diffamer la Sécurité publique et la Police aux frontières, la Paf 34, ainsi que les femmes et les hommes qui la composent en rependant dans le public des messages mensongers et erronés. En effet, les écrits et les propos tenus par certains sont blessants pour les fonctionnaires qui assurent et qui s’investissent, à chaque instant dans la protection des personnes et pour le respect des droits de chacun » et souhaite rendre « un hommage appuyé et féliciter l’ensemble des fonctionnaires de la Paf de Sète qui exécutent, avec engagement, professionnalisme et humanité leurs missions difficiles et délicates ».

Pro-migrant en grève au CRA de Sète. Photo Métropolitain.

 

1 Comment

  1. Et ce soir ils faisaient la bamboula avec un orchestre … c’est pas demain la fête de la zique ??? bref, qu’ils aillent bosser, et qu’ils laissent la justice décider du sort de ces personnes. La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Quant au dénigrement des forces de police et de la PAF, il est bien connu que des lors que l’on est a cours d’arguments tangibles, la seule solution est de se poser en victime, quitte a mentir que pour que ça passe mieux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *