Collège de Saint-Gervais-sur-Mare : le « jeu de l’olive » dérape

EXCLUSIF MÉTROPOLITAIN. Un collégien de 12 ans a été victime d’un nouveau jeu interdit qui est à la mode dans les cours de récréation des lycées, mais qui se répand visiblement dans les collèges, via les réseaux sociaux : « mettre une olive » à un camarade du même établissement, à savoir mettre un doigt dans l’anus à travers les vêtements, dès que la cible se penche.

Au collège de Saint-Gervais-sur-Mare, dans les hauts-cantons de l’Hérault, le « jeu de l’olive » a dérapé : ce n’est pas un doigt que Hugo, 12 ans a reçu dans l’anus, mais le bout d’un bâton, après avoir été amené de force à l’écart du cours de sport par deux élèves de l’établissement, du même âge. C’était lundi 4 juin dernier. Aux yeux des parents du collégien qui résident à Saint-Geniès-de-Varensal, il s’agit d’une agression sexuelle caractérisée.

« Accompagnée de mon fils, qui, circonstance aggravante est fragile, car il souffre d’un handicap psychomoteur et neurologique médicalement reconnu, mais inconnu des élèves, je me suis rendue à la brigade de gendarmerie de Bédarieux pour déposer plainte, le vendredi 8 juin. Depuis l’agression, mon fils souffre et il refuse de retourner au collège, je le comprends. Le jour des faits, je l’ai emmené chez un médecin qui au vu des douleurs d’Hugo, lui a prescrit un jour d’incapacité temporaire de travail, c’est le terme médical pour toutes les victimes, mineures et adultes », révèle la maman du collégien.

Hugo bénéficie, en effet d’une Allocation d’éducation d’enfants handicapés -AEEH- en raison d’un taux d’incapacité de 50%.

Des précédents

Le professeur de sport du collège de Saint-Gervais-sur-Mare s’est précipité lundi 4 juin, après avoir entendu hurler, dans un coin du terrain. « Il a découvert Hugo en compagnie de deux autres collégiens, dont l’un avait encore le bâton dans ses mains. Quand j’ai été avisée, je me suis déplacée au collège pour récupérer mon fils qui était traumatisé. J’ai parlé au professeur de sport qui m’a expliqué que d’autres élèves lui avaient fait part avoir également été victimes de ce jeu dit de l’olive. en revanche, quand j’ai informé le principal du collège, il a été très étonné, en m’assurant ignorer que ce jeu violent s’était produit dans son établissement », raconte la maman d’Hugo.

Selon nos informations, le principal du collège n’a pas tardé à prendre des mesures sitôt les faits confirmés par le professeur de sport : les parents ont été convoqués avec leurs fils. Un des élèves a été exclu dix jours et l’autre doit être traduit devant le conseil de discipline dans les jours qui viennent.

La gendarmerie enquête

Le groupement de gendarmerie de l’Hérault, joint lundi par Métropolitain a confirmé le dépôt de plainte, l’audition de la victime et sa mère, ainsi que du professeur de sport, dans le cadre d’une enquête préliminaire, en attendant de convoquer l’élève qui a introduit le bâton dans l’anus de l’adolescent.

Hugo a déjà été victime de violences de la part d’autres collégiens dans cet établissement. Le 23 septembre dernier en effet, sa maman avait déjà porté plainte à la gendarmerie de Bédarieux : « Depuis la rentrée de l’année dernière, mon fils qui est en 6ème était régulièrement importuné par des élèves de 6ème et de 4ème, dont un qui est en 4ème et qui a porté un coup de poing dans le dos d’Hugo dans la cour de récréation. Prénommé Max, ce collégien harcelait Hugo, en lui promettant de le frapper de pire en pire au fil du temps ». Le médecin qui avait examiné l’adolescent avait notifié une dispense scolaire de plusieurs jours.

« N’ébruitez pas l’affaire »

Après l’agression gratuite de Max, le collégien était allé se plaindre au surveillant, qui avait alerté le directeur. La mère d’Hugo et son fils avaient déposé plainte dans la foulée. Plainte classée sans suite par le parquet de Béziers.

« Je ne veux pas que cette nouvelle agression physique particulièrement violente et traumatisante pour Hugo, mais également pour nous soit encore classée sans suite. J’ai rencontré le maire de Saint-Gervais-sur-Mare pour lui raconter ce qui se passait au collège, sa première réaction a été de me dire, surtout n’ébruitez pas l’affaire. Non, mais je rêve », témoigne, scandalisée, la maman d’Hugo. Qui répète ne plus vouloir retourner dans ce collège à la rentrée.

Un lycéen condamné

Le « jeu de l’olive » a eu des suites judiciaires, récemment : un lycéen de 18 ans a été récemment condamné après avoir « mis une olive » à un camarade de son établissement de Jarny, en Meurthe-et-Moselle. Il a été jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel du Val de Briey et condamné à 35 heures de travail d’intérêt général pour « violences » après avoir « mis une olive » à un camarade de son établissement.

Cette pratique très répandue sur les réseaux sociaux qui inspirent des collégiens et des lycéens a été popularisée notamment par un sketch du Palmashow. Le Palmashow est un duo d’humoristes composé de Grégoire Ludig et David Marsais. Ils se sont fait connaître grâce à Internet, puis par Direct 8, D8 et C8, après le rachat de la chaine. Le Palmashow a depuis créé trois émissions et deux primes.

8 Comments

  1. Papa34, toujours à opposer les souffrances, à mettre en parallèle des faits divers qui n’ont aucun lien entre eux… bref, du sophisme pour lâcher votre racisme bien protégé derrière votre écran…

    Je plein l’enfant, et comme souvent pas assez de prévention des établissements scolaires pour prévenir ce genre d’horreur.

  2. La réponse du maire de st Gervais au demeurant conseiller général est hallucinante!! Surtout pas de vague!!!j espère que les parents iront jusqu au bout

  3. Nous devons à la rentrée prochaine scolarisés notre enfant dans ce collège.
    Nous sommes inquiets.
    – Comment la pratique de ce jeu stupide a-t-elle pu se développer, sans attirer l’attention des professeurs et adultes du collège ?
    – Comment trois élèves ont-ils pu échapper à la surveillance du professeur sans attirer son attention ?
    – Comment un Maire OPJ de par sa fonction, puisse demander le silence sur ces faits graves ?
    Plutôt que de garantir que tout sera fait pour que cela ne se reproduise pas.
    Inquiétant, très inquiétant…..

  4. NON, votre titre est erroné vous confondez un peu tout ; c’est le jeu de l’olive lui-même qui est un gros dérapage. (d’après ce que j’ai appris dans la presse sur le jeu de l’olive)

    1. vous avez bien raison il faut arrter ces agression qui detruise une vie et les responsable que font’il dans cette histoire tres grave

  5. Ce n’est pas un jeu. Ce n’est pas une olive. C’est du viol pur et simple pratiqué par des petits cons abrutis par notre environnement pornographique. Seul remède: la répression et l’éducation. Et avant tout la fermeté, à l’égard des auteurs comme de leurs parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *