Enfant tué par un portail : information judiciaire pour homicide involontaire

Une information judiciaire pour le délit présumé d’homicide involontaire par négligence et/ou imprudence a été ouverte ce samedi après-midi par le procureur de la République de Montpellier, dans la foulée du terrible drame qui s’est produit à 14h45, rue Bayard, non loin de la mairie de Saint-André-de-Sangonis, entre Clermont-l’Hérault et Gignac. Métropolitain a évoqué ce drame ici : un garçonnet de 7 ans est mort écrasé sous un vieux portail en fer forgé d’une propriété.

Le parquet de Montpellier a confié l’enquête aux gendarmes du groupement de l’Hérault, plus précisément à la compagnie de Lodève et c’est la brigade de Gignac qui est saisie. Les techniciens de la cellule d’identification criminelle sont sur les lieux. Ils ont gelé l’endroit, où l’enfant a été écrasé par le portail de 3 mètres de haut et de 3 mètres de large qui s’est brusquement descellé. En dépit de massages cardiaques prodigués par les services de secours pendant une heure et demi, le garçonnet de 7 ans est décédé à 16h30.

Chez des amis

Selon nos informations, l’enfant jouait au ballon dans la propriété d’un couple d’amis, avec le fils du même âge. Les deux garçonnets se trouvaient près du portail en fer forgé quand il est soudain tombé, écrasant le petit garçon qui avait été invité à passer l’après-midi chez son copain. Il était de dos quand le lourd portail s’est abattu sur lui.

Les parents de la victime âgés d’une quarantaine d’années ont été informés rapidement et se sont rendus sur place, alors que les pompiers, un infirmier et une équipe médicale dépêchée à bord du Dragon 34, l’hélicoptère de la Sécurité civile s’employaient à réanimer l’enfant, en arrêt cardio-respiratoire, en vain.

Quatre hospitalisations

Les parents du garçonnet, la grand-mère et le copain de la victime ont été pris de malaise et transportés aux urgences psychiatriques du CHU de Montpellier. Un adjoint au maire de la commune et un témoin, un sapeur-pompier qui n’était pas en service, qui sont arrivés les premiers sur place se trouvent en état de choc. Ils ont été pris en charge par une cellule psychologique déployée par le Sdis de l’Hérault.

L’enquête de gendarmerie, désormais dirigée par le juge d’instruction de permanence au tribunal de grande instance, qui a été saisi de l’information judiciaire par le parquet commence à peine. Après les investigations techniques et scientifiques de la cellule d’identification criminelle, le portail sera placé sous scellé. Un expert judiciaire près la cour d’appel de Montpellier va être désigné rapidement. Les propriétaires de la maison et les témoins de ce drame vont être entendus dès que leur état de santé le permettra pour faire toute la lumière sur cette tragédie.

2 Comments

  1. Pauvre gamin , mais également pauvres familles qui vont devoir porter ce terrible destin.

    Et pour la responsabilité comment accabler la famille qui a invité ce gamin à jouer au ballon avec leur fils et pourquoi ce n’est pas le fils qui ???
    Bref le destin c’est cela et inprevisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *