Montpellier. Un lycéen menacé de mort et racketté : « On va te crever »

INFO MÉTROPOLITAIN. Un élève du lycée Jean-Mermoz, dans le quartier d’Antigone-les Aubes, à Montpellier subit des menaces de mort réitérées depuis ces derniers jours, aux abords du parvis de l’établissement et par des appels récurrents sur son téléphone portable. Révélations.

Il a 17 ans, il est en seconde au lycée Mermoz et rentrera en première en septembre. « On veux plus te voir au lycée, on fera tout pour que te nu puisses pas entrer en première. N’importe comment, on va te crever, et ton père avec » : tels sont les messages verbaux et téléphoniques que l’adolescent reçoit régulièrement, depuis qu’il est harcelé par trois autres jeunes, des mineurs également, dont un manie facilement le couteau.

Échanges de coups

Tout a commencé ces derniers jours à l’intérieur de cet établissement de bonne réputation, question violences entre lycéens : l’élève de seconde s’est disputé avec un élève de sa classe pour un motif banal, mais, ils ont échangé des coups de poing. Celui qui est la cible des trois voyous a pensé que tout était réglé, car les deux lycéens qui se sont battus étaient en contact via notamment Facebook.

Erreur : le lendemain, en quittant le lycée à pied, il a été encerclé par trois individus de son âge, dont l’un l’a braqué avec un couteau. « On va te crever » lui ont-ils lancé. « C’était près du lycée, mais, la scène s’est déroulée devant des témoins, dont des élèves. En apercevant le couteau, ils sont intervenus et ont mis en fuite les agresseurs », rapporte le père de l’adolescent à Métropolitain.

Plaintes

Le lycéen est revenu à Mermoz et a signalé les faits à une CPE. Puis, accompagné de son père, il s’est rendu au commissariat central de Montpellier pour déposer plainte. Les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault ont lancé une enquête et, sur la base de renseignements obtenus rapidement, ils ont identifié l’un des auteurs. « On a appris que c’était des amis de l’élève qui est en classe avec mon fils et avec qui il se sont frappés à coups de poing. Il a demandé à ces trois jeunes extérieurs à l’établissement de le venger en prenant mon fils en grippe », assure le père du lycéen.

Racketté

Les policiers ont alors immédiatement pris contact avec l’auteur qui a menacé le lycéen avec le couteau pour le convoquer. « C’est quand même incroyable, au lieu de se calmer, il redouble de violences verbales. Il multiplie les menaces téléphoniques, répétant sans cesse qu’il va venir nous crever. Et il accuse maintenant mon fils du vol d’un scooter à Saint-Aunès. Mon fils lui a dit d’aller porter plainte au commissariat, s’il était le voleur. Il refuse et il lui demande de lui verser de l’argent e liquide pour le dédommager. Bien entendu, cette accusation de vol n’est qu’un prétexte pour racketter mon fils. Nous avons signalé les menaces et le chantage aux policiers », raconte le père de l’adolescent, effaré par l’aplomb du jeune voyou, prêt à tout visiblement.

Depuis, le lycéen, terrorisé, ne va plus en classe. « Je ne veux surtout pas qu’il se retrouve face à ces voyous armés », confie son père, qui compte sur une enquête rapide des policiers pour mettre les auteurs hors d’état de nuire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *