Montpellier : l’espace Dominique Bagouet, porte-voix artistique pour trois femmes

La nouvelle exposition de l’espace Dominique Bagouet met à l’honneur trois femmes artistes de Montpellier. Sonia Bazantay, Clara Castagné et Karen Thomas envahissent l’espace de fort belle manière et démontrent au passage la diversité artistique de la ville. « 3 femmes dans la ville » est à voir jusqu’au 2 septembre.

Dans cette exposition, il y a d’abord une affirmation presque contradictoire : montrer le travail de trois artistes, qui, en soulignant qu’elles sont des femmes, explicite le paradoxe d’une normalité mise à mal par la considération qui leur est accordée. Le lieu qui les accueille n’aura d’ailleurs présenté par le passé qu’une seule exposition d’une artiste femme. Et même si le genre n’influence en rien la valeur d’une exposition ou la tonalité d’un travail, il est relevé ici comme une évidence maladroite. Beaucoup moins la formulation « dans la ville », qui remplace plus subtilement un « de la ville » ou « montpelliéraines », et évite ainsi de coller une étiquette d’artiste local à Sonia Bazantay, Clara Castagné et Karen Thomas. « Nous sommes contemporaines. Nous sommes là, nous sommes vivantes » lance simplement Sonia Bazantay comme message à retenir.

« Reconnaître notre scène et nos artistes »

Car au final, même si ce sont trois femmes, qu’elles travaillent et sont attachées à Montpellier, ces éléments ne rentrent nullement en compte dans le regard qu’aura le visiteur sur l’exposition. Si ce n’est de se dire que l’on a rien à envier à ce qu’il se fait ailleurs, comme l’illustre Isabelle Marsala. L’adjointe à la culture appelle à « reconnaître notre scène et nos artistes qui vont apporter à l’image de Montpellier ». Sonia Bazantay en est un exemple. Avant l’espace Dominique Bagouet, elle avait déjà exposé il y a trois ans à l’espace Saint-Ravy, autre lieu géré par la Ville de Montpellier, et une de ses réalisations sert de jeu dans la cour de l’école Garibaldi. Une expérience particulièrement positive, car comme elle l’affirme, « c’est une reconnaissance de l’utilité de l’artiste dans la société ».

Ce qui frappe au premier coup d’oeil, c’est la multiplicité des styles. Et pourtant comme le souligne Clara Castagné : « C’était un pari de présenter des univers si différents. Au final, rien ne se heurte ». Son travail sur les cartes apporte une richesse et une perspective quand Karen Thomas mêle jeu et urgence. À Sonia Bazantay de créer volume et mouvements. Si l’espace Dominique Bagouet est un bel écrin, il n’en demeure pas moins petit pour laisser exprimer toute la créativité de ces trois artistes. Un rendez-vous en attendant plus grand et la réouverture du carré Sainte-Anne par exemple.

>> Pratique : Espace Dominique Bagouet, esplanade Charles de Gaule, Montpellier. Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 13h et de 14h à 19h. Entrée libre. Visites en familles (de 3 à 11 ans) tous les vendredis à 11h du 1er juillet au 31 août.
Visites avec les artistes à 16h : Sonia Bazantay : 4 juillet, 18 juillet et 8 août / Clara Castagné : 20 juin, 11 juillet, 25 juillet et 15 août / Karen Thomas : 27 juin et 29 août.

Présentation des trois artistes

Sonia Bazantay a tout d’abord orienté ses investigations autour du motif et de la couleur. Aujourd’hui, elle poursuit ses recherches mêlant arts et arts appliqués, en élaborant des outils graphiques sculptés ou dessinés. Une installation monumentale basée sur le principe de créativité aléatoire domine l’Espace Dominique Bagouet en son centre. L’artiste exposera par ailleurs une autre oeuvre de grande dimension ainsi qu’une série de photographies, compte rendu de sa récente résidence au Japon.

Clara Castagné montre une trentaine d’oeuvres de tous formats, de son travail pictural actuel, « Géographies, un voyage autrement ». Cette artiste très prolifique, au coup de pinceau influencé par Fernand Léger, peint des visages et des corps sur des cartes ou des plans anciens. Les traits de ses personnages étant toujours liés à la zone géographique avec laquelle ils font corps.

Karen Thomas est reconnaissable par ses coups de pinceau épais et vivaces. L’artiste a construit sa notoriété grâce à ses représentations d’icônes de la pop et son style libre et dynamique. Sa collection de « super-héros » à l’expressionnisme sauvage en est le meilleur exemple. C’est une sélection de ces derniers que l’artiste accroche sur les cimaises de l’Espace Dominique Bagouet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *