Innovation Days : l’énergie de demain se prépare aussi à Montpellier

Après les Electrics Days à Toulouse, EDF Occitanie a récemment organisé à Montpellier ses Innovation Days. L’énergéticien mise sur la créativité des start-up locales et régionales pour développer les solutions de demain dans la gestion et la production d’électricité.

Pour la première fois à Montpellier, le spécialiste national de l’énergie a rassemblé toutes les expertises et savoir-faire de ses filiales et les start-up avec lesquelles il travaille déjà… Les chefs de projets d’EDF, les collectivités territoriales, l’éco-système de l’innovation et les start-up, mais aussi le monde académique se sont retrouvés à Montpellier autour des cinq grands enjeux énergétiques ciblés par EDF : l’habitat connecté, la production bas carbone, la mobilité électrique, les solutions aux entreprises & territoires et, enfin, les solutions au service des collaborateurs.

20 startups d’Occitanie
repérées

Les start-up montpelliéraines appelées à travailler avec le géant français de l’électricité

C’est l’espace le Dieze, situé non-loin de la rue de l’Industrie, qui a accueilli ces Innovations Days et la trentaine se solutions innovantes repérées en Occitanie, principalement sur Montpellier et Toulouse : « Cet événement doit nous permettre de donner aux entreprises et aux collectivités une vision de notre avenir électrique, des enjeux du secteur et de nos besoins », explique Gilles Capy, le délégué régional d’EDF Occitanie : « Face aux enjeux environnementaux et sociétaux, nous développons les solutions de demain dans le domaine de la gestion et de la production d’énergie ».

Des solutions qui n’existent pas encore

EDF rappelle qu’aujourd’hui, 97% de l’électricité produite est décarbonée, les ENR représentant 26% de cette production globale : « Il faut aller vers la neutralité carbone totale y compris dans les autres secteurs, comme les transports par exemple », précise Gille Capy, « mais cela suppose de trouver des solutions dont certaines n’existent pas encore ».

Au sein d’EDF, le service R&D carbure pourtant (plus de 2 000 chercheurs sont dédiés à la recherche), mais le géant français mise aussi sur le dynamisme des start-up, « et tout particulièrement à Montpellier dans le domaine de la production bas carbone, dans l’amélioration des réseaux de distribution intelligents et, bien sûr, pour la maîtrise de la consommation ».

Isymap, l’une des start-up de Montpellier retenue par EDF


EDF veut accompagner financièrement les start-up

Justement, des start-up d’Occitanie (*) ont tapé dans l’œil de l’énergéticien. La plupart ont fait connaître leurs solutions en participant au concours EDF Pulse, initié des 2016 en Occitanie et qui permet, chaque année, de repérer les projets les plus innovants et les plus prometteurs.

L’intérêt d’EDF pour les start-up a même permis la création d’une société, EDF Nouveaux Business, dont l’objectif consiste à accélérer l’innovation en investissant 40 M€ dans 10 projets de start-up en seulement deux ans. Et ce n’est pas fini : Gilles Capy confirme qu’EDF envisage de créer son incubateur pour co-financer le développement des start-up.

Nelis, déjà partenaire d’EDF

En attendant, petit clin d’œil du directeur d’EDF Occitanie à l’éco-système numérique montpelliérain : « EDF a la volonté d’étendre le concours Pulse à d’autres régions. C’est une start-up de Montpellier, Nelis, qui a développe la plateforme numérique de ce concours… Quand aux dispositifs que va mettre en place EDF en direction des start-up, nous aurons des annonces à faire à la rentrée sur les premières entreprises qui en profiteront ». Un stratégie qui s’intègre dans l’ambitieux plan solaire présenté en début d’année par EDF qui veut produire 30 GW en photovoltaïque en France d’ici 203, en complément autres énergies renouvelables développées par le groupe, qui va investir dans ce domaine 8 milliards d’euros jusqu’en 2035.

Le gardois Oreka a développé une solution pour le nucléaire adoptée par EDF

Startups et projets montpelliérains aux Innovations Days

Habitat Connecté :
EkoSmart. Gamifier la consommation et les économies d’énergie, telle est l’ambition du projet EkoSmart, une expérience communautaire déployée sur la métropole de Montpellier depuis plusieurs mois. Cette expérience permet aux habitants de développer des éco-gestes pour réduire leur consommation.

Entreprises & Territoires :
Loralight. Ce projet a pour objectif de rendre « connecté » le bâtiment du Conseil Départemental de l’Hérault. La nouvelle technologie Loralight a été installé : sans fil ni pile, elle permet, grâce à des LED connectées, de consommer moins et même mieux via les capteurs qui font remonter des informations (températures et qualité de l’air) pour adapter la consommation.

Production bas carbone :
Isymap (Montpellier). Cette start-up montpelliéraine développe des solutions de mesures à distance et de cartographie en temps réel. Ces technologies permettent de mesurer tout en restant à distance d’une zone présentant un risque pour l’homme ou une contrainte en accès.
IoTerop (Montpellier). Cette autre start-up locale, lauréat du prix Pulse Occitanie 2017, consiste à ajouter une caméra sur des automates et indicateurs de mesure mécanique d’EDF déjà existants. Cette caméra analysera les données afin de transformer ces appareils de mesure en véritables objets connectés intelligents et autonomes.
Oreka Solutions (Bagnols-sur-Céze). Spécialiste du nucléaire, Oreka propose, avec sa solution « DMS Plus for Nucelar », un outil d’aide à la décision et de simulation basé sur la 3D pour les interventions en milieu nucléaire.
Sereema (Montpellier). Cette start-up montpelliéraine incubée par le BIC propose des services de vérification de performance des parcs éoliens à travers l’installation d’un boitier appelé Windfit intégrant des capteurs intégrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *