Montpellier : le musée Fabre présente toutes les palettes de Picasso

De ce vendredi 15 juin et jusqu’au 23 septembre, le musée Fabre, à Montpellier accueille l’exposition Picasso – Donner à voir. Quatorze moments clés, à travers une centaine d’oeuvres, d’un « monstre sacré qui incarne à lui tout seul l’art du XXe siècle » présente Michel Hilaire. Le directeur du lieu n’a pas caché sa fierté d’être, dans le cadre de la saison Picasso-Méditerranée, « la seule étape de la manifestation à accueillir un panorama général de l’artiste ».

Un panorama dans lequel on ne peut que conseiller de plonger.

Une reconnaissance pour le musée Fabre

« Il est difficile de réunir des oeuvres importantes d’icônes de l’art moderne comme Picasso dans un musée de région », explique Michel Hilaire pour souligner l’importance de l’exposition. D’autant que « le musée ne possède pas de tableau ou d’oeuvre de lui, hormis la Suite Vollard ».

La centaine d’estampes offerte par Frédéric Sabatier d’Espeyran en 1965 est d’ailleurs, à cette occasion, présentée seulement pour la troisième fois au public. C’est donc ici le savoir-faire en matière de mise en scène et la qualité des espaces du musée Fabre pour accueillir des expositions internationales qui lui ont permis de se démarquer et séduire le musée national Picasso-Paris.

À l’initiative de la saison Picasso-Méditerranée, manifestation internationale se déroulant jusqu’au printemps 2019 et impliquant une soixantaine d’institutions, le musée parisien a prêté quatorze oeuvres de l’artiste. Michel Hilaire et Stanislas Colodiet, commissaire de l’exposition, ont ensuite enrichi le catalogue : « Grâce aux contacts du musée, nous avons pu élargir le cercle de nos recherches et obtenir d’autres prêts de musées européens et nord-américains mais aussi de privés, notamment de David Namhad, le plus grand collectionneur de Picasso, qui nous a prêté exceptionnellement trois de ses chefs d’oeuvre ».

Une centaine d’oeuvres présentées

L’exposition est ainsi constituée d’une centaine d’oeuvres essentiellement des peintures mais aussi des sculptures, des gravures et des dessins. De 1895 jusqu’à 1972, le visiteur plonge dans 14 moments clés présentés selon Michel Hilaire comme des « démonstrations pour comprendre ce qu’il se passe à ces moments dans la recherche et le travail de Picasso ». Autant d’illustrations du caractère multiple du maître capable d’alterner style, technique ou registre à l’envie et avec toujours le même talent. Si le parcours est chronologique, la scénographie invite à se perdre.

L’oeil attiré par une oeuvre appelle à glisser dans une autre salle absorbant le visiteur dans un labyrinthe comme une métaphore du cerveau du maître. Des dédales qui, sans être complexes, offrent autant de portes d’entrée que de sorties, pour explorer le parcours d’un Picasso qui envoûte toujours autant.

>> Pratique : Musée Fabre, 39 boulevard Bonne Nouvelle, Montpellier. Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h. Tarifs de 8 à 10 €. Plus de renseignements sur www.museefabre.fr.
Le musée Fabre est à l’initiative d’un parcours Picasso avec des musées de Nîmes, Alès et Lodève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *