Capestang-Poilhes en commune unique : le divorce avant le mariage !

La première fusion entre deux villages mitoyens pour créer une seule commune dans l’Hérault n’aura pas lieu : le projet de l’union entre Capestang et Poilhes -et éventuellement Montels- a capoté. Il est officiellement abandonné, comme le confirme Pierre Polard, le maire de Capestang : « Après consultation de l’ensemble des élus du groupe majoritaire « Un avenir pour Capestang », j’ai fait le choix, en accord avec Mme la maire de Poilhes, de mettre un terme au projet de création de commune nouvelle « Capestang-Poilhes ». Il n’y aura donc pas de vote le 19 juin, comme il était prévu ».

Pierre Polard poursuit : « La raison de cet abandon ? Le risque de perte d’identité engendré par la disparition des noms « Capestang » et « Poilhes » ? Non, car les noms des communes historiques auraient continué à exister. Et nous avons la conviction que l’identité ne résume pas à un nom, mais à la vie quotidienne, associative, aux services et équipements, à la forme urbaine…. Toutes choses qui n’auraient pas disparu avec le projet et auraient même été renforcées. La crainte d’un développement incontrôlé de l’urbanisme ? Non, car le développement urbain est encadré par les Plans Locaux d’Urbanisme, qui n’auraient pas été remis en cause par le projet. Ainsi à Capestang, les différents projets en cours ou à venir s’inscrivent dans le PLU approuvé en 2012. À Poilhes, les difficultés sont réelles pour faire aboutir un PLU qui prévoit la construction de 50 logements…

Le risque de hausses d’impôts ? Non, car l’analyse financière a montré que les communes étaient dans des situations saines. Le projet prévoyait des baisses d’impôts et du prix de l’eau dans les deux communes dès 2019. La disparition des services publics municipaux à Poilhes ? Non, car les services d’accueil de la mairie aurait été conservés, c’était inscrit dans la charte fondatrice. La mutualisation des moyens des services techniques et de police municipale auraient permis de renforcer leur déploiement à Poilhes.

L’insuffisance des gains financiers ? Non, car même si pour certains 90’000 € de plus par an pouvait paraître faible, c’était loin d’être négligeable. C’était, par exemple, l’équivalent du total des coûts de la réfection du plateau sportif du stade et du réaménagement du restaurant scolaire. C’était un tiers du coût du chantier du parking « La Poste ». Des moyens supplémentaires renforcent la souveraineté financière de la commune et lui permettent d’être plus crédible pour obtenir des subventions…Le défaut de « transparence » du projet ? Non, car nous avons été transparents dès l’origine en communiquant dans la presse et sur notre page Facebook, en distribuant un document d’information, en tenant deux réunions publiques.

Le déficit de démocratie ? Non, car même si le projet n’était pas inscrit dans notre programme de 2014 (et pour cause la loi définissant le régime actuel des communes nouvelles date de 2015), nous avons la conviction que les élus sont là pour prendre des responsabilités, parfois lourdes et impopulaires, afin de préparer l’avenir et proposer ce que nous croyons le mieux à même de répondre à l’intérêt général, notamment des générations futures. En regroupant nos forces et nos moyens, nous aurions été mieux à même de faire face aux futurs regroupements d’intercommunalités, aux besoins d’investissement… ».

Les vraies raisons

Le maire de Capestang explique dès lors pourquoi : « Les services de l’Education Nationale nous ont laissé entendre que, avec la création de la commune nouvelle, les effectifs des écoles Capestang-Poilhes seraient comptabilisés globalement et que donc, une classe de Poilhes pourrait être menacée.

Nous ne pouvons laisser la moindre place au doute en la matière. Même si cela reste une éventualité et non une certitude, il est impensable de prendre le moindre risque de voir une menace peser sur une classe en raison de la poursuite de ce projet. Nous restons persuadés que ce projet avait beaucoup d’avantages, mais ce seul inconvénient est rédhibitoire. Désormais, ce projet est définitivement enterré.

Ce qui nous guide, c’est la volonté de servir l’intérêt général, pas de servir d’instrument pour l’affaiblissement des communes et des services publics. Ajoutons à cela l’accaparement du débat, à Poilhes, par ceux qui ont mis en avant des arguments fallacieux et des raccourcis volontairement anxiogènes, pour attiser les peurs d’une prétendue « annexion » de Poilhes par Capestang, sans le moindre fondement. Nous attendrons donc désormais que ces regroupements nous soient imposés, avec des procédures où l’expression des volontés communales sera sans doute passée par pertes et profits. Comme cela a pu se produire lors des récentes fusions d’intercommunalités, décidées en toute opacité et sans le moindre égard pour les populations concernées. Il y a fort à parier que les conditions financières et budgétaires, les modalités d’exercices des services publics municipaux seront nettement moins favorables que dans les mécanismes actuels.

Je remercie les conseillers municipaux du groupe majoritaire « Un avenir pour Capestang » pour leur contribution à la réflexion sur ce projet, élaboré collectivement comme nous avons l’habitude de le faire sur chaque dossier. Je remercie les conseillers municipaux de « Capestang pour tous » d’avoir pris la peine d’étudier le projet, d’en avoir perçu pour certains les aspects positifs, notamment financiers. Je remercie la maire de Poilhes, et les conseillers municipaux qui ont bien voulu réfléchir sereinement au projet. Je salue leur courage face aux calomnies, aux pressions diverses, voire aux menaces de représailles physiques à peine voilées…Nous continuerons à travailler étroitement ensemble, notamment dans le cadre du projet de Grand Site d’Occitanie « Canal du Midi » ».

Le collectif qui s’était constitué à Poilhes pour s’opposer à la création d’une commune unique regroupant les deux villages voisins dément, ce mercredi, avoir commis des dégradations ces dernières semaines. Bref, la nouvelle grande commune dans l’Hérault ne verra pas le jour, le divorce a été prononcé avant le mariage !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *