Pompier mort au feu : protection fonctionnelle pour les gardés à vue

Métropolitain a révélé ici, ce lundi, qu’une quinzaine de sapeurs-pompiers du Sdis 34 -au total, douze professionnels et volontaires sous-officiers, gradés et officiers- ont été placés en garde à vue ce mardi par les gendarmes de la section de recherches de Montpellier, sur commission rogatoire du juge d’instruction, dans le cadre de l’instruction contre X dirigée par un juge de Béziers pour homicide involontaire et blessures involontaires, après le drame d’août 2016 dans la forêt, entre Gabian et Roquessels, où le sapeur-pompier, le caporal Jérémy Beier, 24 ans est « mort au feu » et trois autres pompiers grièvement brûlés.

Réagissant à nos révélations, le Sdis 34 a diffusé un communiqué, dont voici la teneur en intégralité :

« Le service départemental d’incendie et de secours de l’Hérault (Sdis 34) vient d’être informé que dans le cadre de l’instruction judiciaire actuellement en cours sur l’enquête de l’accident du feu de Roquessels du 10 août 2016, 12 sapeurs-pompiers (professionnels et volontaires) ont été convoqués pour être entendu par les enquêteurs selon la procédure de garde à vue étant entendu que conformément à l’article 11 de la déclaration universelle des droits de l’homme, la présomption d’innocence demeure sauf si la culpabilité est légalement établie au cours d’un procès public. Cette convocation va permettre de recueillir et de préciser les faits qui se sont déroulés lors de ce dramatique incendie qui a une nouvelle fois meurtri le département de l’Hérault suite au décès en service commandé de Jérémy Beier, et brulés grièvement trois sapeurs-pompiers. Elle intervient également après la remise aux autorités judiciaires du rapport d’enquête accident de la Direction Générale de la sécurité civile et de gestion des crises. S’agissant des personnels qui ont été convoqués par les enquêteurs, ils bénéficieront de la protection fonctionnelle, et l’administration apportera l’assistance juridique nécessaire pour que les agents puissent disposer de leur droit lors des différentes auditions. Elle rappelle que la procédure de garde à vue garantie la présentation d’un témoin devant le Procureur de la République afin que ce magistrat puisse apprécier les suites à donner à l’enquête avec pour seul but la recherche de la vérité. Le Sdis de l’Hérault depuis ce tragique accident qui a marqué la mémoire de l’ensemble des personnels, apporte son soutien aux familles et aux victimes des accidents en service commandé et souhaite que toute la lumière soit faite afin que les explications tant attendues sur les circonstances de ce drame puissent être connues. Le service départemental d’incendie et de secours de l’Hérault réalise chaque année plus de 80’000 interventions, soit 1 toutes les 7 minutes sur le territoire départemental dans des conditions souvent périlleuse et difficile, et chaque année sur le plan national des sapeurs-pompiers sont blessés ou victime du devoir en service commandé ».

>> Le Sdis de l’Hérault en chiffres :  4 620 personnels dans 72 casernes, 764 sapeurs-pompiers professionnels, 10 groupements fonctionnel 3 383 sapeurs-pompiers volontaires, 2 groupements territoriaux, 222 personnels administratifs et techniques, 11 compagnies territoriales, 134 médecins – 112 infirmiers – 4 pharmaciens 1 centre de formation et d’entrainement 1 pélicandrome. La plateforme commune d’appels 15-18-112 est implantée à Vailhauquès. Activités : 1 centre départemental des appels d’urgence. Le Codis 34 gère 1 intervention toutes les 7 minutes. Plus de 80’000 interventions par an. 1 centre opérationnel de gestion des opérations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *