Autisme : une Maison de répit pour les plus fragiles à Baillargues

Les associations Un Pas Vers la Vie, l’Adapei var-méditerranée et Insertion-Cohabitat-Le Club des Six, se lancent dans la réalisation d’un complexe immobilier innovant sur la commune de Baillargues, près de Montpellier. Leur souhait est d’y réaliser une Maison de répit de 15 places pour enfants et adolescents avec handicap, une colocation de 6 adultes avec handicap et 8 logements sociaux.

L’origine du projet

En 2007, Églantine Éméyé, animatrice télé, apprend que son fils de 2 ans souffre d’une forme grave d’autisme. Rien ne lui est proposé pour aider son enfant. Elle découvre la solitude, le désarroi des familles confrontées à cette étrange maladie et rencontre d’autres parents.

Peu à peu, forcés de constater l’abandon dans lequel la médecine comme les pouvoirs publics les laissent, elle crée avec son père l’association Un Pas vers la Vie et une école pour subvenir aux besoins éducatifs de ces enfants. « Mais cela ne suffit pas, les familles sont épuisées, souvent monoparentales et dans la majeure partie des couples, la mère est obligée de stopper sa carrière pour se consacrer à son enfant », explique-t-elle.

Les familles sont épuisées

Face à ces difficultés, l’association a souhaité se lancer dans la création d’une maison de répit qui permettra à tous, enfant autiste comme familles, de se reposer via des séjours de « rupture ».

« C’est ainsi que née en décembre 2016, en collaboration avec l’Adapei var-méditerranée (association gestionnaire de 30 établissements et de services spécialisés dans l’accompagnement d’enfants et d’adultes en situation de handicap), la maison de répit Belle Étoile située aux environs de Toulon », explique-t-elle. Ensemble et fortes de leurs convictions, ces deux partenaires se réunissent à nouveau pour convaincre les pouvoirs publics sur la nécessité de financer ce « droit au répit » dans la commune de Baillargues. « Toutefois, une réponse temporaire ne suffit pas, il est nécessaire de créer des places pour des adultes avec handicaps », précise Églantine Éméyé pour justifier son association avec Insertion Cohabitat – Le Club des Six pour créer aussi un habitat partagé pour 6 adultes avec handicap ainsi que des logements sociaux.

Dans notre pays, une personne sur 110 présente des troubles du comportement et est diagnostiquée autiste. Les chiffres sont de plus en plus alarmants et le nombre d’autistes ne cesse d’augmenter. D’après les statistiques, la CAF comptabilisait 7141 enfants concernés par le handicap dans l’Hérault en décembre 2017.

Les structures d’accueils temporaires spécialisées dites « Maison de répit » sont encore trop rares, voire inexistantes dans certains départements. Celles-ci servent de lieux d’accueil temporaires, en internat, et reçoivent des enfants et adolescents de 6 à 20 ans pour des périodes de quelques jours à 3 mois, avec une prise en charge complète. « Il faut savoir que vivre avec un enfant autiste est extrêmement lourd et épuisant. Ces maisons sont indispensables pour soulager les familles. Les enfants pris en charge apprennent à vivre et à socialiser dans un nouvel environnement, tandis que la fratrie et les parents peuvent enfin se reposer, retrouver l’énergie nécessaire à la vie en commun avec leur enfant handicapé », explique l’association.

Première expérience réussie

L’association Un Pas Vers la Vie a créé une première maison de répit en décembre 2016 dans le Var. Celle-ci baptisée « Belle Étoile » apporte une réelle bouffée d’oxygène aux parents comme aux enfants. « Les résultats sont étonnants et rassurants, les troubles s’apaisent pour la majorité des enfants au bout de deux jours, ceux-ci manifestent très vite leur désir de revenir pour un second séjour et reconnaissent les professionnels », indiquent conjointement Un Pas vers la Vie et l’Adapéi Var Méditerranée qui, forts d’une première expérience réussie, souhaitent apporter une réponse similaire dans l’Hérault.

15 places et 200 enfants par an

A Baillargues, entre Montpellier et Lunel, la future maison de répit proposera 15 places afin de recevoir près de 200 enfants par an, par roulement des séjours. Et pour répondre le plus possible à tous les besoins, elles proposeront ce répit non plus aux seuls autistes, mais à différents handicaps.

Les partenaires souhaitent aller encore plus loin en faisant de cette Maison de Répit un lieu exceptionnel. Afin d’optimiser les bénéfices de chaque séjour et de favoriser une adaptation rapide, selon ainsi créés une balnéothérapie, une salle de détente snoezelen, une salle de sport, un atelier créatif, un cabinet médical, une médiathèque avec internet pour dialoguer avec les parents et un jardin avec lapins. Localement, cette maison créera 12 à 15 postes.

Au programme : une première maison pour de l’accueil temporaire avec une surface au sol de 553m2 (administration, double-living, médiathèque, balnéothérapie, salle de sport, salle snoezelen, atelier, cabinet médico-éducatif) et un étage de 472m2 (15 chambres individuelles avec salle de bain de 23m2), mais aussi une seconde maison avec en rdc l’habitat partagé de 409m2 (6 chambres avec salle de bain de 24m2 avec salon/salle à manger/cuisine collective, une chambre invité et une chambre tremplin) et un étage pour les logements sociaux de 443m2 (1T1, 6T2 et 1T3).

3 Comments

  1. Félicitations ,je trouve ce projet vraiment génial pour les familles et les personnes en situations de handicap .Je suis AMP et je pense qu’il faudrait plus de maison comme celles ci .Belle vie à tous dans ce projet .

  2. Je trouve cette idée super.
    J’espère qu’elle verra le jour!
    En tant qu’AMP je trouve ce projet très convainquant et surtout m’occupant souvent d’enfants ayant un trouble autistique ce serait une aubaine pour certains parents et enfants.

  3. Bonjour, bravo pour ce beau projet. je reve de pouvoir souffler quelques jours en toute confiance…..
    avec tout mon soutien de reussite ,
    une maman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *