Nîmes : tuée par un client, la prostituée voulait augmenter ses tarifs

L’enquête sur le meurtre de Nicoletta, une prostituée roumaine de 26 ans, dont le cadavre tué de trois coups de couteau Laguiole avait été découvert dimanche, à Rodilhan, aux portes Est de Nîmes, comme Métropolitain l’a évoqué ici, a rapidement progressé : un habitant du village voisin de Marguerittes, âgé de 21 ans a été placé en détention provisoire, jeudi soir. Dans un premier temps, avant que l’autopsie ne soit réalisée, des sources proches de l’enquête avaient indiqué une mort par balles.

Le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel et le vice-procureur Patrick Bottero ont indiqué que la prostituée avait été tuée le 31 mai, dernier.  « Aux enquêteurs, il a expliqué avoir poignardé à mort la prostituée roumaine, parce qu’elle voulait augmenter ses tarifs. Pris d’un coup de colère, il l’aurait alors poignardée dans sa voiture, avant de la percuter, alors qu’elle tentait de s’échapper sur un petit terre-plein bordant la RD 999, la route Nîmes-Beaucaire », a dit le procureur.

Des cyclistes ont découvert le cadavre, dimanche à 13h, en contrebas de la RD 999, où la malheureuse, bien que grièvement blessée à l’arme blanche s’était cachée pour échapper à son meurtrier. Des traces de choc provoqués par un véhicule avait, dans un premier temps, fait penser à un accident de la route avec délit de fuite. L’autopsie a révélé des plaies par arme blanche. Ce sont les policiers du SRPJ de Montpellier qui ont été chargés de l’enquête.

Un témoin croise deux fois l’utilitaire du tueur présumé

C’est le témoignage clé d’un témoin qui a permis l’interpellation rapide de l’auteur présumé des faits. Jeudi, un témoin avait appelé les gendarmes affirmant avoir vu une femme en train d’appeler à l’aide, sur le bord de la RD 999, à Rodilhan, avant de voir quelques instants plus tard un utilitaire, un Peugeot Partner, démarrer en trombe. De nuit, les militaires n’avaient rien trouvé sur place. Ils n’avaient pas inspecté les bosquets en contrebas.

Ce n’est que le dimanche, à la suite de l’appel d’un cycliste ayant senti une odeur pestilentielle, que le corps en décomposition de la jeune femme a été retrouvé. Mardi, le témoin a de nouveau croisé l’utilitaire du suspect et appelé les gendarmes du groupement du Gard, qui ont procédé à l’interpellation du jeune homme.

Malle lavée à grandes eaux

Par ailleurs, un voisin du jeune gardois mis en examen pour homicide volontaire et écroué hier soir à la maison d’arrêt de Nîmes s’est manifesté : il l’a aperçu fin mai en train de nettoyer des objets, dont une couverture et laver la malle de sa voiture à grandes eaux. Un témoignage important pour l’instruction qui débute à peine.

Le procureur de la République de Nîmes a révélé que le meurtrier présumé était inconnu de la justice, que son casier judiciaire était vierge et qu’il avait déjà eu des rapports sexuels tarifés avec la jeune prostituée. Dans un premier temps, les enquêteurs avaient envisagé une autre piste en découvrant l’identité de la victime. Ils avaient établi un lien avec une sauvage agression commise en 2016, cours Gambetta, à Nîmes : Nicoletta avait été sauvagement agressée par des proxénètes albanais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *