Montpellier : un nouveau palais des sports à l’étude pour le MHB

Avec à ses côtés les co-dirigeants du MHB, Rémy Lévy et Serge Granger, et devant les 17 actionnaires privés du club, Philippe Saurel a annoncé le lancement d’études pour la construction d’un nouveau palais des sports : « Après une saison comme celle du MHB, nous ne pouvons pas rester muet sur l’avenir du club et des installations dans lesquelles il évolue et il évoluera ».

L’équipement sera situé dans le quartier Cambacérès, entre le futur stade Louis Nicollin et l’actuel gymnase Spinosi, non loin de la gare TGV Sud de France. Dédiée en priorité au club de handball, la salle pourrait également accueillir les basketteuses du BLMA. Le palais des sports René Bougnol sera lui rénové à partir de l’été 2019 et l’Arena accueillera, dès la saison prochaine, les rencontres de Ligue des Champions.

Coût de l’équipement : 50 M€

Si aucun calendrier n’a été annoncé, hormis que « cela se fera pendant le prochain mandat » – Philippe Saurel complètera plus tard : « Si nous sommes candidats, si nous sommes élus et si le programme est maintenu dans le programme de ceux qui gagneront » – , et que rien de plus précis n’a été dévoilé au sujet du financement à part, « nous estimons le coût de l’équipement à 50 M€ » par le président de la métropole, les intentions et les grandes lignes de ce palais des sports ont été présentées. Ce qui est déjà une très bonne chose pour le MHB.

Le palais des sports René Bougnol ne rentrant pas dans le cahier des charges de l’EHF en vue de la prochaine formule de la Ligue des Champions, c’était donc une impérative nécessité pour le maintien et le développement du club au sein de l’élite nationale et européenne.

Localisation du futur stade Louis Nicollin et du futur palais des sports © Montpellier Méditerranée Métropole

Patrice Canayer a apporté son expertise technique, comme il l’a fait par le passé avec l’Arena ou récemment pour d’autres villes : « Je fréquente depuis tellement de temps des palais des sports donc j’ai une petite idée de comment ils doivent s’organiser. Ce qui est important ce n’est pas la construction, c’est de créer les conditions pour que cette structure soit capable de générer une économie derrière pour les clubs ».

Capacité de 5 000 à 6 000 places

D’une taille de 6 500 m2 pour une capacité de 5 000 à 6 000 places avec un système de gradins mobiles au premier rang, le palais des sports bénéficiera de la proximité de l’autoroute, de la gare et du tram ainsi que des parkings du futur stade. À l’intérieur, l’espace de rencontre sera voulu comme un lieu d’échanges et de convivialité pour les supporters mais également pour les acteurs économiques, culturels, sociaux et politiques du territoire ainsi qu’un appui marketing pouvant être utilisé en dehors des événements sportifs.

Des annexes (une salle de musculation, un ensemble de salles de soin, un espace balnéothérapie, une salle de projection vidéo et une salle de réunion) conçues pour les sportifs de haut niveau seront utilisées en priorité par les joueurs du MHB. D’autres clubs comme le BLMA pourront y évoluer mais aussi des équipes en phase de préparation. La salle d’entraînement, grâce à des gradins mobiles, pourra accueillir des spectacles sportifs ou culturels avec une capacité de 1 000 places.

« En tant que salarié du MHB et passionné de handball, je suis très satisfait que ces besoins aient été pris en compte. Et je suis satisfait de voir que l’avenir du club est pris en compte » a salué Patrice Canayer, qui a donné aux dirigeants et aussi aux actionnaires, ainsi qu’à Philippe Saurel à la demande de ce dernier, les éléments pour permettre le développement du MHB.

La palais des sports René Bougnol

« Le palais des sports René Bougnol est aujourd’hui fatigué, à la limite de l’obsolescence » présente Philippe Saurel. C’est pourquoi 1,9 M€ de travaux ont été programmé pour l’été 2019 afin de le mettre en conformité et en accessibilité. Cela permettra également de faire de nouveaux bureaux pour le MHB quelque peu à l’étroit actuellement.

Perspective du palais des sports René Bougnol après les travaux de rénovation © Montpellier Méditerranée Métropole

Dans l’avenir, le palais des sports René Bougnol continuera d’être utilisé. « Nous ne pouvons pas faire autre chose car il ne nous est pas possible de construire des bâtiments ou des logements à la place » a rappelé Philippe Saurel qui y voit tout de même un avantage « Montpellier se développe de façon énorme au niveau du sport comme le prouvent les résultats de nos clubs ». Au jeu des chaises musicales, le départ du MHB pourrait bénéficier au Montpellier Volley Université Club qui joue actuellement à Castelnau-le-Lez.

L’Europe à l’Arena

Avant de voir le nouveau palais des sports, le MHB jouera dès la saison prochaine ses matchs européens à l’Arena. Le coût de location était jusqu’à présent un frein pour le club qui, la saison dernière, a été le plus gros client de la salle en termes de fréquentation avec 100’000 spectateurs. Une réorganisation de la structure de Montpellier Events apporte désormais plus de facilités. Si les négociations sur le montant de location sont en cours, Philippe Saurel indique toutefois : « Nous sommes d’accord, Région et Métropole, pour que le MHB joue à l’Arena. Donc on fera tout pour que cela se passe comme ça ».

Le MHB va donc prendre une part importante dans la programmation de la salle. « L’idée ce n’est pas que l’on soit en concurrence avec les spectacles de l’Arena » explique Rémy Lévy « On va bientôt connaître les dates auxquelles on est susceptible de jouer. Le tout est de les programmer ». Le président du MHB complète : « L’idée est que cet équipement vive et que tout le monde y trouve son compte. Le handball y a largement sa place comme on l’a vu cette saison face à Flensburg. Tout ce que l’on souhaite c’est vivre à nouveau ce même type d’événement ».

Diversification des tarifs

Une fois les négociations sur le location achevées, le MHB travaillera à l’exploitation du lieu. Car, comme l’explique Patrice Canayer, pour la rentabilité ce n’est plus la même chose que d’aller y évoluer deux ou trois fois dans l’année : « À partir du moment où la décision stratégique est prise de faire les matchs les plus importants, la Ligue des Champions et les 2-3 matchs phare du championnat, à l’Arena, ce n’est pas que pour une saison. Donc c’est une stratégie nouvelle de développement économique, qu’il nous faut mettre en place ».

En prenant en compte le nombre de matchs joués dans une saison à domicile, le caractère populaire du handball et la passion des supporters, le manager montpelliérain ne souhaite pas que soit utilisée une hausse des tarifs de la billetterie comme levier du développement économique du club : « Ce qui est intéressant à l’Arena et que l’on ne peut pas faire à Bougnol, c’est avoir une diversification des tarifs. Il faut que le spectacle soit accessible à tous ». Voilà de quoi rassurer les supporters. Car si le club semble se préparer à changer de dimension, il n’en n’oublie pas ses valeurs.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *