Poussan : une femme séquestrée libérée par le GIGN

Les gendarmes d’élite du GIGN sont intervenus ce mercredi matin dans un campement de gens du voyage sédentarisés pour libérer une femme qui était séquestrée et qui était blessée. Au total, 80 militaires du GIGN et des unités du groupement de l’Hérault ont investi les lieux, autour du bassin de Thau.

L’hélicoptère de la section aérienne de la Région de gendarmerie d’Occitanie était également engagé. Lors de l’opération, un des suspects a tiré un coup de feu en direction des gendarmes d’élite venus de l’antenne d’Orange -Vaucluse-, sans les atteindre.

Six gardes à vue

Six suspects ont été interpellés et placés en garde à vue par les gendarmes de la brigade de recherches de la compagnie de Pézenas, en charge de l’enquête. Parmi eux se trouvent l’ex-compagnon de la victime, son père et ses frères. Ils sont soupçonnés d’avoir séquestré une jeune Gitane pendant trois jours. Elle aurait subi des violences dans une caravane du campement.

L’ancien concubin de la jeune femme et les membres de sa famille qui vivent dans ce campement au nord de l’étang de Thau n’auraient pas accepter sa décision d’aller vivre en Gironde, avec son nouveau petit ami. La jeune femme, bien que blessée et en état de choc a pu être entendue par les enquêteurs.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *