Emploi pour les étudiants : StaffMe se lance à Montpellier

Créée en 2016 à Paris, StaffMe est la première start-up à mettre en relation, via sa plateforme numérique, les étudiants à la recherche d’un petit boulot avec les entreprises recherchant une aide ponctuelle. Fort d’un gros succès sur la capitale, StaffMe se lance à la conquête de l’Hexagone. Montpellier, qui vient d’ouvrir, est l’une des trois premières antennes régionales créées par la start-up.

En seulement deux ans, la jeune entreprise, qui a développé une plateforme de mise en relation entre entreprises et étudiants, affiche déjà un assez bon bilan : plus de 30’000 jeunes ont utilisé les services de StaffMe pour trouver un job d’appoint et financer leurs études. Et 1 200 entreprises, de la start-up au grand groupe, sont désormais dans le fichier clientèle de StaffMe qui a bouclé en février dernier un tour de table de 3 M€.

150 étudiants inscrits

Start-up parisienne, StaffMe vient de s’implanter durablement à Montpellier : « Nous avons ouvert un bureau à Montpellier fin mars, confirme Pierric Le Goff, le responsable de l’antenne locale, StaffMe, qui veut couvrir à terme toutes les villes universitaires françaises, a ouvert trois bureaux hors Paris : à Montpellier donc, mais aussi Lyon et Lille… Montpellier, pour nous, est une ville à fort potentiel. 150 jeunes sont déjà inscrits sur la plateforme locale pour une quinzaine d’entreprises clientes ».

Etudiants et auto-entrepreneurs

Pour arrondir les fins de mois, les étudiants recherchent des petits boulots alors que des entreprises ont régulièrement besoin d’une aide ponctuelle pour des boilots ciblés et flexibles. StaffMe permet de simplifier la mise en relation entre ces jeunes et les entreprises à la condition, pour les premiers, de se créer un statut d’auto-entrepreneur.

« Comme nous recevons les étudiants pour des entretiens, nous sommes au final capables de proposer aux entreprises des étudiants fiables, disponibles et polyvalents… De plus, ce système permet de promouvoir l’égalité des chances et favorise l’emploi des jeunes issus de tous les milieux sociaux », conclut Pierric Le Goff.

Les secteurs d’activité déjà ciblés

Le rôle de StaffMe, pour l’heure, n’est donc pas de dégoter des offres d’emplois à des Thésards : la plateforme est là, avant-tout, pour proposer des jobs d’appoint : « La plateforme propose des petites missions : distribution de tracts, travail en cuisine ou en salle, vente, logistique, enquêtes. Dernièrement, nous avons du trouver un natif de langue anglaise pour des animations sur un parc d’attraction ».

StaffMe a déjà ciblé les secteurs locaux générant le plus de jobs « L’évènementiel, la restauration, mais aussi la création de site Internet sur outils CMS et le graphisme, précise Pierric Le Goff, Les PME locales font aussi appel aux étudiants pour mettre à jour des bases de données ou effectuer des prospections téléphoniques… Mais nous avons parfois des missions qui durent 2-3 mois avec des possibilités de formation pour les étudiants intéressés. Cela se développe beaucoup sur Montpellier ».

Devenir le N°1 du job étudiant

Pour cette plateforme où l’étudiant s’inscrit, StaffMe a développé un algorithme qui permet d’identifier l’étudiant qui correspond le mieux à la mission. « C’est notre coeur de métier », confirme le responsable montpelliérain : « trouver la bonne personne pour l’entreprise… Grâce à cet algorithme, les missions sont généralement pourvues en quelques heures ».

StaffMe, qui ne prévoit pas de développement à l’international, entend ainsi devenir l’acteur national N°1 pour le job étudiant. A Montpellier, ville-pilote pour la start-up, la conquête commence.

>> Plus d’infos : www.staffme.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *