Frontignan : mystérieuses gélules au commissariat de police

D’importants moyens ont été engagés ce lundi soir pour une alerte à de la poudre suspecte ramenée au commissariat de police de Frontignan-la Peyrade, au numéro 1 de l’avenue Frédéric-Mistral. L’alerte a été donnée à 17h30, ce lundi. Le poste de la police nationale a été évacué.

Un élève du lycée agricole âgé de 18 ans a été trouvé porteur d’un sachet de poudre et de gélules qui a intrigué, puis inquiété le proviseur, qui en ces temps de plan Vigipirate élevé au maximum et de menace d’attentat terroriste, a voulu lever le doute sur une éventuelle poudre et gélules d’explosifs.

Drogue exclue

Le lycéen et le sac contenant une vingtaine de gélules ont été amenés illico au commissariat de police de Frontignan-la Peyrade, qui a été évacué jusqu’à ce que des experts des cellules chimiques mobiles du Sdis 34, dépêchés de Sète, de Béziers et de Montpellier commencent à examiner le produit mystérieux. À 19h30, tous les tests effectués ont exclu qu’il s’agissait d’un produit de stupéfiant. Mais, il s’agirait de gélules contaminées, d’où les précautions qui ont été prises.

Les sapeurs-pompiers et un médecin du Sdis 34 des casernes de Frontignan et de Sète étaient également mobilisés, ainsi que des officiers de garde venus du Sdis de l’Hérault. Une quinzaine de véhicules étaient sur place. Le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret s’est déplacé pour superviser les investigations.

Aucun suivi santaire

Le périmètre de sécurité, mis en place par les policiers de la Sécurité publique autour du commissariat a été levé à 21h. Joint par Métropolitain, ce soir, le procureur Christophe Barret a confirmé que, « on ne sait toujours pas quel est la nature exacte de ce produit qui n’est pas du tout toxique. Mais, que tout le monde se rassure, les huit personnes, le proviseur, les policiers et les pompiers qui ont été en contact direct avec cette poudre en gélules sont en bonne santé, il n’y a aucune inquiétude à ce niveau là, ils viennent de regagner leur service ou leur domicile, sans être soumis à un suivi médical. L’enquête se poursuit activement pour savoir comment ce lycéen a pu se procurer ce produit ».

Analyses en laboratoire

Selon nos informations, ce lycéen aurait acheté ces gélules à un individu de Sète, identifié ce soir, mais qui n’a pas encore été retrouvé pour être entendu et pour éclairer les enquêteurs. Pour l’heure, c’est la sûreté urbaine du commissariat de police de Sète qui est en charge de l’enquête.

Ce lundi soir, le stock de ces gélules a été saisie pour être envoyé dès ce mardi matin à un laboratoire scientifique spécialisé en analyses de produits, toxiques ou non. Les résultats des analyses ne devraient pas être connus avant plusieurs jours, le temps que les tests révèlent la nature de cet étrange produit.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *