MHB / Lidl Starligue : une belle fête pour conclure une saison exceptionnelle

Après être devenus champions d’Europe ce week-end, et quelques jours de célébration plus tard, les joueurs du MHB étaient de retour au palais des sports René Bougnol pour y disputer le dernier match du championnat de la saison face à Dunkerque. Et s’il fallait un miracle à Paris pour récupérer le titre national, celui acquis à Cologne a largement atténué la désillusion de la journée précédente à Saint-Raphaël qui les a vu laisser le fauteuil de leader aux Parisiens. Les Montpelliérains ont fait le travail en s’imposant 33 à 25. Dans le même temps, Paris l’a emporté 30 à 26. Le MHB termine la saison à une très belle deuxième place à égalité de points avec le PSG.

Un début de match laborieux

S’il ne fallait pas espérer un match de gala pour cette dernière de la saison à domicile – malgré les célébrations en l’honneur d’Erick Mathé, qui entraînera Chambéry la saison prochaine, et de Ludovic Fabregas qui évoluera à Barcelone, une victoire était tout de même souhaitée en cas de miracle à Paris qui recevait Chambéry. Dunkerque, toujours à la lutte pour une place européenne, prenait les devants (4-5, 8e, 7-8, 14e). Petit coup de froid à Bougnol quand les visiteurs accroissaient leur avance (7-10, 17e).

Visiblement fatigués – quoi de plus normal – les Montpelliérains se révoltaient par à-coups. Une double exclusion, dont un carton rouge pour Nagy (21e), favorisait leur retour. Sans être impressionnant Montpellier grappillait son retard (12-13, 24e) avant que Richardson n’égalise enfin (13-13, 25e). Malgré  une défense plus agressive, Montpellier ne parvenait pas à se détacher. À la faveur d’un dernier kung fu longue distance, Dunkerque rentrait au vestiaire avec une longueur d’avance (15-16).

Montpellier fait le travail

De retour sur le parquet, Montpellier passait la vitesse supérieure avec les tauliers aux affaires. Gérard dans les cages assuraient les arrêts pour relancer la machine. Kavticnik et Guigou montraient la voie tout comme Fabregas, motivé comme jamais pour cette dernière rencontre chez lui (19-17, 36e, 21-18, 39e, 24-18, 45e).

À quinze minutes du terme de la saison, les Montpelliérains avaient rempli leur part du contrat et se dirigeaient vers une fin de partie tranquille (27-20, 50e, 30-22, 55e). Malheureusement, à la capitale, après avoir tenu tête aux Parisiens pendant 45 minutes, Chambéry craquait finalement (30 à 26) et le titre de champion de France revenait à Paris. De son côté, Montpellier terminait le match en roue libre et s’imposait finalement 33 à 25. Le palais des sports René Bougnol pouvait enfin faire la fête à ses champions d’Europe qui terminent à une très belle deuxième place au championnat, ex aequo avec Paris.

Montpellier : Gérard (3 arrêts sur 12 tirs), Portner (4/20) – Simonet (2 buts sur 2 tirs), Villeminot (1/1), Caussé (1/2), Truchanovicius (3/3), Guigou (cap. 2/4), Richardson (9/10), Kavticnik (4/5), Bonnefond (1/5), Faustin (0/1), Fabregas (4/4), Porte (4/6), Bingo (1/2), Soussi, Mamdouh (1/1). Entraineur : Patrice Canayer.

Dunkerque : Grahms (10 arrêts sur 35), Annotel (0/7) – Rahim (2 buts sur 3 tirs), Billant (5/8), Nagy (cap. 3/4) Nkonda, Pozzer, Debowski, Grocaut, Pelayo (5/9), Joli, Nieto (0/1), Davyes (4/8), Langaro, Butto (7/13). Entraîneur : Patrick Cazal.
Exclusions temporaires : Grocaut (21e), Davyes (33e).
Exclusion définitive : Nagy (21e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *