Immobilier : les promoteurs régionaux demandent des mesures

Les promoteurs immobiliers de la FPI Occitanie ont fait le point sur le marché régional. En ex Languedoc-Roussillon, la FPI révèle que le 1er trimestre 2018 « confirme que le marché demeure équilibré avec une offre très qualitative mais trop restreinte »...

« Nous pouvons nous féliciter d’être la seule région de France (hors Nice) à avoir enregistré au premier trimestre 2018 une forte augmentation des ventes à propriétaires occupants, soit +26 % sur la métropole de Montpellier », annonce Xavier Bringer, le président de la FPI Occitanie. Le promoteur montpelliérain précise que ces ventes à propriétaires occupants s’opèrent toujours selon la même proportion : 30% en logements aidés -TVA réduite, PSLA et accession aidée- et 70% en logements libres.

Pénurie : le prix de vente du neuf augmente

« Nous pouvons confirmer que l’ex Languedoc-Roussillon produit des logements de très grande qualité sur les meilleurs emplacements », poursuit le président régional qui s’inquiète pour l’avenir, soulevant un problème pour l’immobilier neuf.

Selon lui, la diminution constatée de l’offre, y compris sur la métropole montpelliéraine, risque de mettre ce marché en pénurie : « Cette situation se fait déjà sentir avec un effet pervers : une répercussion sur le prix de vente qui augmente et un nombre de ventes à investisseurs qui diminue fortement, confirme-t-il, Nous sommes à -33% sur la région de Montpellier, alors que la demande reste élevée ».

Le nouveau quartier Saint Roch à Montpellier, un vivier pour le logement neuf

Des mesures proposées aux collectivités

La PFI se montre très prudente : « À ce jour, toutes les statistiques nous démontrent que cette pénurie devrait malheureusement durer sauf à appliquer, en partenariat avec les collectivités, des mesures correctives », annonce Xavier Bringer. De fait, la FPI Occitanie-Méditerranée propose une série de mesures aux principaux acteurs de la force publique :

Décréter des dispositif d’exception :
« Il ne faut pas casser la cohésion du territoire en protégeant et préservant les vertèbres de la colonne vertébrale de l’immobilier régional : Nîmes, Montpellier, Sète, Béziers, Narbonne et Perpignan », insiste Xavier Bringer en ciblant Béziers et Narbonne, des villes qui attirent environ 300 investisseurs locatifs par an depuis dix ans : « Or, ces villes vont être sorties du dispositif d’investissement locatif… Du coup, que vont-elles devenir? Et pourquoi ce geste, alors que des efforts importants ont été faits pour revitaliser leurs centre ville ? », s’interroge le président de la FPI Occitanie : « C’est pourquoi nous demandons expressément, soit un allongement du dispositif Pinel sur ces zones, soit un dispositif d’exception par quota sur ces deux villes ».
-Conforter le dynamisme montpelliérain :
le marché de l’immobilier neuf sur Montpellier reste traditionnellement la « locomotive » du secteur. Or, selon la FPI, des mesures doivent être rapidement prises pour conforter le dynamisme local : « Il faut continuer à dialoguer pour maintenir et développer un programme cohérent sur les marchés du centre et de la première couronne : il faut pour conserver le niveau actuel de production de logements », précise le président des promoteurs régionaux : « Il faut aussi additionner autant que possible sur ces marchés les ventes en Prêt Social Location Accession (PSLA), les ventes sur les quartiers prioritaires en TVA à 5,5% et les ventes en secteur aménagé à prix réduit (terrains de la Collectivité ou de l’État) ».
-Etudier la 2ème et 3ème couronne :
Enfin, la FPI demande que soir examiné, dans le cadre du PLUI et avec les maires des villes concernées, les possibilités de création de logements neufs en deuxième et troisième couronnes de Montpellier : « Il faut se pencher sur ces secteurs pour développer une offre adaptée tant en ce qui concerne l’architecture que les espaces de vie et le prix, soit environ 3 000 €/m2 habitable », propose Xavier Bringer.

« Aujourd’hui, nous constatons au niveau national que la concentration voulue du marché sur les métropoles françaises induit une augmentation généralisée du prix de vente, 
conclut le président, Les réformes pour mieux produire doivent se poursuivre afin d’enrayer cette hausse ».

Task Force et French Tech
Enfin, Xavier Bringer, qui ne se représentera pas à la présidence de la FPI Occitanie, rappelle que les promoteurs se sont structurés pour mieux répondre aux enjeux. Tout d’abord avec la création en 2017 de l’Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain (ABCD). Ce dispositif, qui intègre les collectivités, permet à l’ensemble des acteurs du marché du logement montpelliérain de travailler ensemble à la création de la cité de demain…

Le président évoque également la création d’une « Task Force » contre les recours abusifs qui bloquent la production à des seules fins personnelles. Enfin, la FPI insiste sur une piste d’avenir : « La FPI est désormais connectée avec le monde de la French Tech. À Montpellier, ce rapprochement se traduira, début septembre prochain, par une grande manifestation qui sera organisée par le nouveau président ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *