Montpellier : les nostalgiques font revivre le Tiffany’s

Ah, le Tiffany’s ! Du début des années 70 à la fin des années 80, cette discothèque implantée aux portes sud de Montpellier, dans la commune de Lattes, a fait danser, s’enlacer, s’embrasser et bien plus encore -avec des mariages à la clé-, des milliers d’oiseaux de nuit d’ici et de la région. On venait de Nîmes, d’Avignon et d’Arles.

Ce fut longtemps LE rendez-vous incontournable de commerçants, d’artisans, d’exploitants de bars et de restaurants, d’avocats, de journalistes montpelliérains autour de la piste pour s’éclater sur des tubes disco de cette époque, consommer entre copains et copines et se retrouver à l’aube, à la Côte à l’Os : il suffisait de traverser le Chemin de l’Agau pour avaler un énorme steak-frites dans ce night-club-restaurant de nuit le bien nommé, avant de boire un dernier verre à La Notté et de finir au lit.

Daidone aux commandes

Ces Montpelliérains ont toujours gardé le contact. Grâce à une judicieuse initiative de Bernard Chadelas, le pharmacien des quais du Verdanson et de son compère Jean-Louis Daidone qui fait dans l’édition et la communication, ces nostalgiques ont décidé de relancer les inoubliables années Tiffany’s. D’abord, via une page Facebook, baptisée « Adeptes du Tiffany’s de Montpellier Années 70-80 ». Elle compte à ce jour pas moins de 874 membres ! Jamais l’ami Jean-Louis Daidone n’aurait pensé que les anciens du Tiffany’s se réveillent tous subitement.

Jean-Louis Daidone qui a vibré dans cette boîte de nuit mythique, on peut le dire, gère cette page Facebook au quptidien avec amour. Régulièrement, il l’alimente en rendant hommage aux stars des années 70-80, dont bien sûr, l’ère disco qui fut historique. Récemment, il nous a rappelés à notre souvenir les tubes très dansants de Gloria Gaynor, avec des parenthèses rock sur feu Johnny Hallyday.

Grande soirée le 1er juillet

Ensuite, une grande soirée est organisée, dimanche 1er juillet sur le site champêtre du Mas du Couran, à Lattes, chez Bernard Benchémoul qui, question discothèque s’y entend à merveille. Avec son épouse Elsa, il a accepté de recevoir les nostalgiques du Tiffany’s, qu’il a beaucoup fréquenté bien entendu. Ces retrouvailles estivales vont être grandioses, plus de quarante ans après.

Les adeptes du Tiffany’s ne se quittent plus, du coup, depuis que l’idée de créer cette page sur les réseaux sociaux et d’organiser cette fiesta du 1er juillet et ils se retrouvent régulièrement, presque tous les jours, dans la nouvelle enseigne du restaurant Le Petit Lucullus, dans l’ancien bar-PMU du 83 de l’avenue de Palavas, à Montpellier. C’est plus qu’une table conviviale, avec de bons petits plats, on peut jouer aux boules aussi.

Émission sur Radio Aviva

Martine de Radio Aviva prépare une émission sur le retour du Tiffany’s. Autour de Jean-Louis Daidone et de Bernard Chadelas, elle avait donné rendez-vous à ceux qui ont marqué de leur emprunte les années Tiffany’s : le patron, Jeannot, le gérant, Richard Souquet Bressan, Anne, une des barmaids, Cathy qui était aux vestiaires, Robert Francès, le DJ devenu disquaire et organisateur de concerts, Jean-Claude, le videur. Aujourd’hui, si on dit toujours DJ, on dit physionomiste ou portier dans les discothèques.

Au Petit Lucullus, l’aitre jour, pour préparer cette émission de Radio Aviva, il y avait aussi Mark Gimferrer, le fils du patron. C’est lui qui a concocté la magnifique affiche pour les grandes retrouvailles de début juillet, au Mas de Couran. L’entrée sera gratuite. Il va y avoir une ambiance de folie.

>> Précision : bien entendu, le Tiffany’s ne rouvre pas.

L’affiche de la grande fête du Tiffany’s à Lattes.

15 Comments

  1. Une super idée…Des retrouvailles à coup sur, des anecdotes à revendre…lol.
    Et avec Bernard, on ne sera pas déçu, « Sympa’.!!

  2. Que de bons souvenirs !!
    Quelle chance que nous avons eu d avoir eu 20 ans dans ces années la…et d être montpelliérain.il n y a plus rien pour nous maintenant..dommage

  3. Super idée ! J’ai passé des soirées inoubliables dans cette boîte ! Quel bonheur tous ces souvenirs ☺️ En fin de soirée je traversait la petite route pour aller voir qui il y avait en face au Stardust

  4. J’aimais beaucoup la boite, mais le pauvre perroquet en cage au milieu de tout ce bruit … pauvre oiseau, il parait qu’il mourrait rapidement et était remplacé régulièrement. Drôle d’idée en tout cas de mettre un animal dans un night club… je ne cautionne pas.

  5. Que de bons souvenirs de cette boîte !
    J’y serais, promis !
    Beaucoup de copains copines nous ont quitté, mais le souvenir de 30 ans demeure .
    Merci ça va être une belle soirée .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *