MHB / Final 4 : Montpellier doit être « irrévérencieux » comme en 2003

Les joueurs du MHB sont arrivés à Cologne jeudi en fin d’après-midi pour y disputer le Final 4. Quelques jours après l’immense désillusion à Saint-Raphaël, le moment est venu de repartir au combat. Et s’il a fallu soigner les têtes, cette fête du handball européen autour des quatre meilleurs clubs de la saison, dont trois français, arrive peut-être au bon moment. Nul doute que, face à l’enjeu, Michaël Guigou et ses coéquipiers vont rapidement retrouver la flamme.

Évacuer Saint-Raphaël

Bien sûr, ils auraient préféré s’envoler vers Cologne avec la satisfaction du travail accompli et l’assurance de jouer un dernier match à domicile jeudi face à Dunkerque avec toutes les cartes en main pour décrocher un titre qui semblait leur tendre les bras. Les choses sont toutes autres et il faut faire avec. Patrice Canayer pose lui-même la question qui est sur toutes les lèvres : « Est-ce que l’on est capable de se reconstruire en l’espace de deux-trois jours ? La réponse est je ne sais pas. Mais ce que je sais c’est que l’on va s’en donner les moyens ».

Le technicien héraultais revient sur le résultat concédé à Saint-Raphaël : « Cette défaite a été extrêmement cruelle et difficile à vivre pour les joueurs, le staff et l’ensemble du club. Selon moi, ce ne sont pas les efforts et le travail qui ont manqué. Ce sont des petites choses qui font que, même si on a beaucoup progressé, handballistiquement dans la manière d’aborder ou jouer les compétitions, il nous reste encore des étapes à franchir. La progression viendra de l’intérieur et pas de l’extérieur ».

Une manière de dire qu’il ne faut pas aller chercher ailleurs des explications mais se concentrer sur le groupe et ses capacités : « Il faut avoir l’humilité quand tu es battu, et que tu n’as pas fait un grand match, de dire que l’on n’a pas été à la hauteur où on aurait aimé être et repartir pour mieux travailler. On s’est donnée cette chance de jouer le Final 4, la plus prestigieuse des compétitions. Quoi qu’il s’est passé à Saint-Raphaël, et quoi qu’il se passera ce week-end, cela ne remet rien en cause du travail qui a été effectué toute l’année ».

Repartir au combat

Après la rencontre, Vincent Gérard et Patrice Canayer ont pris la parole dans le vestiaire. « Ils ont utilisé les bons mots » raconte Michaël Guigou, qui a lui discuté individuellement avec certains joueurs. Désormais, le capitaine du MHB est passé à autre chose non sans en avoir tiré des leçons : « On est repartis au combat, très déterminés et aussi avec certains enseignements, des forces et des faiblesses. C’est à nous de savoir nous servir de tout ça et bien appréhender ce Final 4 ».

Avec Vincent Gérard, Vid Katvicnik et Valentin Porte, ils sont les cadres de ce groupe. Leur rôle sera important à Cologne au sein d’un effectif très jeune : « Aujourd’hui, on est la seule équipe avec aucun joueur à n’y avoir jamais participé (…) Nous, les cadres, par rapport à notre expérience à la fois en club et en équipe nationale, on va aider tout le monde ».

Et si son effectif est jeune avec moins de bagages européens que les trois autres groupes de la compétition, Patrice Canayer, qui vient d’être désigné par l’EHF comme meilleur entraîneur de la Ligue des champions, le défend : « On sait que cette équipe a été reconstruite il y a quelques temps avec beaucoup de jeunes joueurs et quelques joueurs expérimentés. Mais cette équipe n’est pas une grande équipe. On ne l’a jamais prétendu. À l’heure où je vous parle, elle est ex-aequo avec Paris à une journée de la fin et va disputer les demi-finales de Ligue des champions. Ce n’est pas une grande équipe car il n’y a pas suffisamment de titre mais c’est une équipe qui a énormément progressé depuis deux ans et qui aujourd’hui peut avoir des ambitions dans la compétition qu’elle va jouer ce week-end ». Et de ne pas oublier que Montpellier reste un grand club, 6e au ranking européen, avec une histoire à faire valoir et de belles lignes encore à écrire.

Être irrévérencieux

Le technicien héraultais rappelle d’ailleurs l’une des plus pages du club : « En 2003, avant la victoire finale, on a quand même pris une belle branlée à Pampelune où on en a pris 7 ou 8. Et on n’a pas insisté. C’est ça le message. J’ai rappelé à mes joueurs qu’en une semaine nous étions passés de l’ombre à la lumière. C’est tout à fait dans les cordes de cette équipe de réitérer cela ». Alors Patrice Canayer se remémore les ingrédients qui ont amené les Dinart, Puigségur, Karabatic et Guigou, a décroché le titre européen non s’en rappeler qu’ils n’étaient pas alors les grands joueurs qu’ils sont devenus par la suite : « En 2003, c’était une bande de gamins qui ont été insouciants et qui ont pu être irrévérencieux avec l’un des plus grands clubs européens. Ce que j’aimerais ce week-end, c’est que l’on soit irrévérencieux ».

Et il faudra l’être face au Vardar Skopje, le tenant du titre victorieux du PSG la saison dernière pour espérer comme il le souhaite « regarder le champion d’Europe dans les yeux et le bousculer ». Michaël Guigou, est déjà prêt au combat et prévient ses adversaires : « Moi j’y vais pour gagner la compétition. Il n’y en a pas un qui n’y va pas pour ça. Comme on était capable de gagner le championnat de France avec Nantes et Paris derrière. Le Vardar fait une belle saison. Mais ces équipes là on a rien à leur envier. Si ce n’est pour certains, un peu d’expérience. Mais on a tellement de choses à montrer que je n’ai peur de personne ».

L’équipe type de la Ligue des Champions par l’EHF :
Gardien de but : Arpad Sterbik (ESP) – HC Vardar/MKD
Ailier gauche : Uwe Gensheimer (GER) – Paris Saint-Germain Handball/FRA
Arrière gauche : Sander Sagosen (NOR) – Paris Saint-Germain Handball/FRA
Demi-centre : Nikola Karabatic (FRA) – Paris Saint-Germain Handball/FRA
Pivot : Bjarte Myrhol (NOR) – Skjern Håndbold/DEN
Arrière droit : Dika Mem (FRA) – FC Barcelona Lassa/ESP
Ailier droit : David Balaguer (ESP) – HBC Nantes/FRA
Défenseur : Luka Karabatic (FRA) – Paris Saint-Germain Handball/FRA
Meilleur Jeune : Romain Lagarde (FRA) – HBC Nantes/FRA
Meilleur entraîneur : Patrice Canayer (FRA) – Montpellier Handball/FRA

>> Programme :
Ce samedi 26 mai :
15h15 : Nantes – PSG. Diffusé sur BeIn Sports 2 à partir de 14h.
18h : Skopje – Montpellier. Diffusé sur BeIn Sports 2 à partir de 17h45.

Dimanche 27 mai
15h15 : Match pour la 3e/4e place. Diffusé sur BeIn Sports 1 à partir de 14h.
18 : Finale. Diffusé sur BeIn Sports 1 à partir de 17h45.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *