Virus Ebola : Eurêka ! pour des chercheurs de Montpellier

Des cherches de Montpellier sont de nouveau à l’honneur dans de belles avancées dans le domaine des maladies contagieuses mortelles : dans un communiqué, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’Innovation salue l’identification de la source virale de l’épidémie d’Ebola, qui sévit actuellement en République démocratique du Congo, RDC. Une identification faite par les chercheurs de Montpellier et du Congo.

Depuis le début du mois de mai, la RDC est touchée par une épidémie de fièvre hémorragique Ebola. Avec cette bonne nouvelle dans le traitement de l’épidémie : grâce à des chercheurs congolais et montpelliérains, une cellule souche vitale a été identifiée, il s’agit de la cellule souche à l’origine de la 9ème épidémie.

L’INSERM d’ici

La ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’Innovation a donc salué l’identification de la source virale de l’épidémie foudroyante Ebola. Cette identification a été faite conjointement par les équipes de l’INSERM de Montpellier et de l’INRB de Kinshasa.

Cette identification permettrait d’accélérer la prise en charge des malades et le déploiement de vaccins et de possibles traitements.

26 morts selon un dernier bilan

Selon un dernier bilan publié par l’OMS, le 19 mai, le nombre de cas dus à l’épidémie actuelle en République démocratique du Congo s’élève 46 cas avec 26 décès.

C’est la neuvième fois que la maladie sévit sur le sol congolais depuis 1976. La dernière épidémie en RDC remonte à 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait quatre morts, selon un chiffre officiel.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *