Hérault : l’hommage aux policiers morts pour la France

Double cérémonie ce mardi dans l’Hérault pour l’hommage national rendu aux policiers morts pour la France. Sept gardiens de la paix ont été tués en service en 2017.

À 11h, le sous-préfet Mahamadou Diarra, directeur de cabinet du préfet de l’Hérault a honoré de sa présence le dépôt de gerbes, suivi d’une minute de silence et de La Marseillaise, à l’hôtel de police de Montpellier, en présence notamment de Philippe Saurel, maire de la ville, président de la métropole et de Lorraine Acquier, son adjointe en charge de la sécurité.

Le sous-préfet a lu un message du ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb à l’adresse des policiers. Une vingtaine d’entre-eux ont été médaillés.

Magistrats, pompiers, policiers municipaux, gendarmes

Autour du contrôleur général Jean-Michel Porez, directeur départemental de la Sécurité publique de l’Hérault -DDSP 34-, la majorité des policiers nationaux du commissariat central de tous les grades étaient présents dans les rang dans la cour centrale. Des magistrats du tribunal de grande instance, des officiers du groupement de gendarmerie de l’Hérault, une délégation de la police municipale, le colonel des sapeurs-pompiers Christophe Durand, adjoint du directeur du Sdis 34, des personnalités civiles et militaires ont assisté à cette cérémonie, au lendemain de l’intervention de trois gardiens de la paix de police-secours qui ont abattu le terroriste dans une rue de Paris, après un attentat au couteau ayant fait un mort et quatre blessés, des passants poignardés au hasard.

À 16h30, Christian Pouget, le sous-préfet de Béziers, présidera cette cérémonie au côté du commissaire central de la circonscription de police de Béziers, le commissaire Benoît Desmartin, dans la cour du commissariat, rue Georges Mandel, en présence d’élus et des policiers de la Sécurité publique.

Une grande campagne de recrutement

« Devenez policier, gardien de notre paix » : à travers ce slogan, la police nationale a lancé, ce mardi, une grande campagne de recrutement. Jamais pareille campagne n’avait été mise en oeuvre depuis dix-huit ans, sous la forme notamment d’un clip, de spots télévisés et d’un budget d’un million d’euros.

Cela fait « 18 ans que n’avaient pas été concentrés des moyens aussi importants pour donner envie aux jeunes gens d’entrer dans la police« , a souligné le directeur général de la police nationale -DGPN-, Éric Morvan, lors de la présentation de la campagne lundi en présence du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

8 000 embauches espérées cette année

Ce clip de quelques minutes s’adresse à deux publics: « Ceux qui se disent +tiens, la police c’est une idée+ mais qui hésitent encore » et « ceux qui ont une image déformée de la police nationale« , a expliqué Éric Morvan. « On a besoin de gens qui ont des compétences de plus en plus aiguisées, explique Philippe Lutz de la direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale, la DCRFPN, C’est à la fois la police au quotidien, la lutte contre la cybercriminalité, la police technique et scientifique, les cadres de la police, officiers, commissaires : c’est tous les métiers de la police nationale qui sont ciblés« .

Dès cette année, la police nationale espère recruter 8 000 personnes : 3 300 gardiens de la paix, près de 2 000 adjoints de sécurité, 650 cadets de la République, 1.500 personnels administratifs techniques et scientifiques, 70 officiers de police et 56 commissaires. Il a manqué 400 candidats au concours d’embauche dans la police nationale de l’année dernière.

Le sous-préfet Mamahadou Diarra à l’hôtel de police ce mardi à Montpellier. Photo D.R.
Des policiers du commissariat central de Montpellier à cet hommage. Photo D.R.
Le sous-préfet Mahamadou Diarra et le contrôleur général Jean-Michel Porez. Photo DDSP 34.
Hommage aux policiers morts pour la France. Photo DDSP 34.
Une gerbe de fleurs pour les policiers morts pour la France. Photo DDSP 34.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *