Faculté de médecine de Montpellier : le parvis baptisé Simone Veil

Le parvis de la faculté de médecine flambant neuve de Montpellier, installée depuis le 12 octobre dernier sur la route de Ganges, près du CHU Lapeyronie, sera officiellement baptisé « Parvis Simone Veil », lors d’une cérémonie qui se déroulera vendredi 18 mai après-midi en présence de nombreuses personnalités, mais également du fils de la regrettée femme politique et écrivaine -décédée l’année dernière à l’âge de 90 ans-, Pierre-François Veil, avocat au barreau de Paris.

Ce dernier animera dans la foulée une conférence, suivie d’un débat public autour de la thématique « Antisémitisme et Shoah », dans le cadre de la programmation annuelle de l’Institut universitaire Maïmonide Averroès Thomas d’Aquin. Maître Pierre-François Veil évoquera la montée de l’antisémitisme en France et en Europe, un sujet d’actualité, ainsi que l’enseignement et la transmission de la Shoah, un devoir de mémoire et un devoir d’histoire associés par le Comité français pour Yad Vashem -dont le conférencier est le président- et les « Justes parmi les Nations »de France.

Cette conférence suivie du débat qui se déroulera vendredi 18 mai à 18h, à la salle Guillaume de Nogaret, place du Professeur Mirouze, Espace Pitot, à Montpellier est ouverte à tous, l’entrée sera libre. http://www.maimonide-institut.com

Une faculté de médecine unique en France

Maître Pierre-François Veil sera présent pour cette cérémonie officielle à la faculté de médecine pour honorer la mémoire de son illustre maman, dont le parvis portera son nom. Le 12 octobre dernier, Carole Delga, présidente de la région Occitanie -Pyrénées-Méditerranée- avait coupé le cordon officialisant la « naissance » de cet établissement ultra-moderne unique en France. La plus vieille faculté de médecine encore en activité dans le monde devient aussi l’une des plus modernes.

La Région s’était engagée dans ce projet -lancé par feu Georges Frêche- repris et porté depuis par Carole Delga. La collectivité a assumé le financement total, près de 45 M€, de cet établissement de pointe ultra-connecté.

Faculté de Médecine de Montpellier : le « parvis Simone Veil » © DR

Pour Philippe Augé, président de l’Université de Montpellier, ce jeudi 12 octobre fut un grand jour : la présence pour cet événement de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation « est un signe fort. Un signe de l’excellence de ce projet visionnaire, mais aussi la preuve que pour le nouveau gouvernement, Montpellier redevient un site universitaire important aux yeux de l’État ».

Le président de l’UM justifiait le choix d’une faculté proposant « à la fois un grand geste architectural, celui de François Fontès, et des équipements qui en font une faculté numérisée et connectée : indispensable aujourd’hui pour exister sur la carte mondiale des grands sites universitaires ». Le maire de Montpellier et président de Montpellier Méditarranée Métropole -3M- était, bien sûr présent pour cet événement.

Numérisée et connectée sur le monde

La nouvelle faculté de médecine, qui accueille depuis le 21 août dernier 640 étudiants de première année, a tout d’une grande. D’une très grande même : elle est considérée comme l’une des plus modernes d’Europe, mettant notamment à disposition des étudiants des technologies numériques innovantes. Au cœur de la nouvelle fac, les cours seront dispensés dans 5 amphithéâtres high-tech de 200 places qui se distinguent par leurs équipements numériques et multimédias : tous les cours et manipulations (y compris la chirurgie) dispensés dans une salle peuvent être retransmis en direct dans une autre salle de la fac, ou dans une autre université, y compris à l’étranger, sans oublier la mise en ligne des cours sur Internet…

3 600 étudiants à terme sur le site

L’innovation majeure de cette nouvelle fac se situe au niveau de ses derniers étages. Au 4ème et au 5ème se trouve en effet des équipements derniers cris, dont un plateau de simulation numérisée. Il s’agit d’une plateforme de formation médicale de haute technologie où sont reproduits des blocs opératoires et des salles de réanimation. C’est ici que les étudiants montpelliérains s’entraîneront aux gestes chirurgicaux.

Le site recevra à terme 3 600 étudiants et une équipe administrative de 150 personnes. Des cours sont maintenus dans l’ancienne faculté de l’Écusson pour les élèves de 2ème et 6ème année. Ce qui permet à la vénérable institution de conserver son titre de plus « ancienne faculté de médecine au monde encore en activité ».

Essentiel pour développer le territoire

Dans les salles de simulation, les technologies numériques sont au service des étudiants © GM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *