Immobilier à Montpellier : le prix au m² a grimpé de 3,1% en un an

Le marché immobilier montpelliérain serait-il en pleine effervescence ? Profitant de taux de crédit encore très bas, de nombreux acquéreurs jettent leur dévolu sur la « surdouée » et font grimper les prix au m². Quels sont les quartiers les plus prisés ? Où investir ? Actuellement, le prix immobilier à Montpellier s’élève à 2 960 €/m², soit + 3,1% en 1 an !

Boostée par une économie locale florissante qui s’articule autour de différents pôles d’activités -tourisme, mais aussi biotechnologies, santé, environnement, technologies de l’information, agronomie méditerranéenne- et des contingents d’étudiants considérables -plus de 70’000 étudiants, soit plus d’1/5ème de sa population-, une localisation idéale -à cheval entre Pyrénées et Alpes, au pied du Massif central, proche de la mer- et un cadre de vie agréable -300 jours de soleil par an, une architecture aussi surprenante qu’audacieuse, un centre-ville animé-, la préfecture de l’Hérault a tous les atouts dans son jeu pour attirer les acquéreurs de biens immobiliers.

Avec des taux d’intérêt bancaires qui sont actuellement historiquement bas, il n’est pas étonnant de voir nombre d’intentions d’achat se concrétiser. Et que les acheteurs souhaitent devenir des Montpelliérains ou se contentent d’investir dans la pierre locative.

Port-Marianne prisé

Le prix moyen d’un logement à Montpellier est de 162’725 €. C’est le nouveau quartier Est de Port-Marianne qui est de plus en plus prisé. Si l’Écusson ou encore le quartier d’Antigone restent des valeurs sûres, notamment pour les investissements locatifs, le secteur de Port-Marianne dont certains appartements donnent directement sur le bassin Jacques-Coeur, près de l’hôtel de ville, a le vent en poupe.

Pour preuve, on constate des écarts de prix parfois conséquents entre Port-Marianne (rue Frimaire, rue Aung San Sur Kyi, avenue de la Mer) et un quartier, pourtant limitrophe, comme Antigone et le Millénaire : rue Henri Becquerel et place du Nombre d’Or.

Beaux-Arts, Boutonnet et Figuerolles

Jouissent aussi d’une forte attractivité, les quartiers des Beaux-Arts -avenue de la Justice de Castalnau, rue Laetitia, rue Lunaret- de la Comédie -rue Saint-Côme, passage Lonjon, rue des Augustins- et Boutonnet et le faubourg Saint-Jaumes : rue Louis Roumieux, rue Carré-du-Roi, rue Marcel Achard.

De belles opportunités sont également à saisir du côté du faubourg de Figuerolles -rue de la Commune Clôture, rue du Plateau des Violettes- ou encore d’Aiguelongue : rue des Musardises et rue des Pommettes.

Si votre budget est serré, orientez-vous vers un quartier plus populaire comme la Croix-d’Argent -avenue Villeneuve-d’Angoulême et rue Jacques Bounin-, où les prix sont plus raisonnables.

Pierre locative : Écusson et hôpitaux-facultés

Les quartiers montpelliérains où les prix au m² sont au-dessus de 3 000 €. Prix m² moyen

>> Comédie
3 818 €
>> Port-Marianne
3 577 €
>> Boutonnet
3 459 €
>> Antigone
3 387 €
>> Millénaire – Grammont
3 222 €
>> Centre historique
3 194 €
>> Beaux-Arts
3 178 €
>> Aiguelongue
3 100 €

Si vous envisagez d’investir dans la pierre locative montpelliéraine, privilégiez des biens de faible superficie dans l’hyper centre-ville, c’est à dire l’Écusson,et le quartier Hôpitaux-facultés. Ces deux secteurs sont très prisés, le premier pour l’animation qui y règne, le second pour sa proximité avec les écoles.

1 Comment

  1. Mais lol arrêtez svp rien n’explique cela d’autant plus que les perspectives de carrière et les hauts salaires ne sont absolument pas au rdv dans cette ville à part la restauration et le médical peut être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *