Polices municipales de l’Hérault : un syndicat tire la sonnette d’alarme

« Pour une simple infraction au code de la route, les contrevenants sont prêts à en découdre avec les forces de l’ordre, mettant ainsi en danger la vie des autres usagers et celles des agents de polices », déplore ce lundi, Jean-Michel Weiss, secrétaire général de la Fédération autonome de la police municipale pour les départements du Gard et de l’Hérault. Il réagit après l’affaire du chauffard qui, mercredi dernier a volontairement foncé sur un agent de la police municipale de Saint-Jean-de-Védas.

Il a été renversé et légèrement blessé, après avoir tenté d’intercepter un automobiliste roulant à contre-sens. Le chauffard qui a pris la fuite a abandonné la voiture, non signalée volée -une Clio- dans le rond-point de « Chez Paulette », en direction de Montpellier. Depuis, il est activement recherché par les gendarmes.

Deux piétons miraculés

Cet acte s’ajoute à une longue liste de faits inquiétants comptabilisés depuis le début de l’année. La Fédération autonome de la police municipale Hérault-Gard tire la sonnette d’alarme. Jean-Michel Weiss dénonce le comportement inconscient du chauffard : « Au volant de la Clio, il a obligé les autres usagers de la route à se déporter sur le bas-côté. Les agents municipaux ont fait usage de leurs avertisseurs et ont fait signe au conducteur de s’arrêter. Des signes qui n’ont visiblement pas suffi à l’automobiliste, puisque celui-ci est reparti à vive allure en direction du centre ville, franchissant les feux rouges et circulant à sens inverse. Deux kilomètres plus loin, le conducteur s’est retrouvé coincé et les policiers en ont profité alors pour le dépasser, afin de l’obliger à s’arrêter. Ce dernier ne l’a pas entendu de la sorte. Il a tenté d’heurter la patrouille en mettant des coups de volants et a manqué de renverser deux piétons, en circulant sur les trottoirs ».

Deux piétons miraculés. Un des agents qui a chuté après avoir été légèrement touché par la voiture du chauffard a été soigné aux urgences du CHU Lapeyronie, à Montpellier. Une plainte a été déposée.

 

 

Depuis le début de l’année, plusieurs agents des polices municipales ont été la cible d’agressions en tout genre dans l’Hérault. Un phénomène  Après

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *