MHB / Coupe de France : Nîmes renverse Montpellier et passe en finale

Montpellier se déplaçait à Nîmes pour y disputer une bouillante demi-finale de coupe de France. Au terme d’un défi physique d’une grande intensité, les Gardois l’emportent 32 à 30 et se qualifient pour la finale (5 mai). Ils connaîtront leur adversaire dimanche après la confrontation entre Chambéry et Nantes. Les hommes de Patrice Canayer n’auront pas le temps à la réflexion avec les échéances à venir.

Mercredi, il faudra basculer en mode Ligue des Champions avec le déplacement à Flensburg. Puis dimanche, cette fois dans le cadre du championnat, Montpellier retrouvera Nîmes à la Sud de France Arena. Autant dire qu’avec le résultat du soir, et le contexte de la Lidl Starligue, ce nouveau derby s’annonce des plus excitants.

Nîmes sur un rythme fou

Après 10 minutes de jeu, Montpellier se détachait de quelques longueurs (3-5). Les contre-attaques nîmoises faisaient merveille et permettaient aux locaux de rester dans une excellente dynamique (9-9, 17e). Les Montpelliérains reprenaient l’avantage (9-12, 21e) mais quelques échecs au tir et un Desbonnet des grands soirs confortaient la défense gardoise. Toujours aussi rapide en attaque, Nîmes égalisait sur un kung-fu (14-14, 25e). Face à la folie qui s’abattait, Gérard réalisait deux arrêts consécutifs tandis que Porte et Richardson maintenaient le cap en attaque. Les deux équipes concluaient la période sur un score de parité logique (16-16).

Nîmes maintient la dynamique

Portner et Katvicnik faisaient leur apparition à la place de Gérard (diminué par une conjonctivite) et Guigou (touché à une cheville). Nîmes mettait la pression sur son adversaire en ce début de période. Les Montpelliérains commençaient à balbutier leur jeu et perdaient des ballons trop facilement. Malgré les arrêts du gardien suisse, les Gardois prenaient l’avantage (20-18, 36e ; 22-19, 39e). Imposant un rythme fou et toujours grâce à des attaques rapides, Nîmes se détachait (25-21, 46e). En cette fin de match, Gérard revenait sur le parquet tandis que Montpellier courait après le score (27-23, 50e ; 31-26, 55e). Avec deux exclusions, les hommes de Patrice Canayer se compliquaient la mission. Mais les Héraultais restaient en vie. Bonnefond puis Richardon réduisait l’écart à deux buts, avant que Porte ne provoque une exclusion côté Nîmois (30-28, 57e). Gérard avec deux arrêts consécutifs et Richardson maintenaient l’espoir (31-30, 59e). Mais à 30 secondes de la fin, Nîmes avait la dernière possession et sur un dernier tir validait sa place en finale (32-30).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *