Montpellier : les serveurs de l’université Paul Valéry attaqués, les examens suspendus

Le président de l’université Paul Valéry de Montpellier, Patrick Gilli, a indiqué ce mercredi après-midi, qu’en raison d’une attaque menée par des « casseurs » ou « bloqueurs » sur des serveurs informatiques, les examens ont été provisoirement interrompus. Selon nos informations, confirmées par une source proche, la porte de la salle informatique a été forcée et les serveurs détériorés.

Plus tôt dans l’après-midi, vers 15h30, un lecteur de Métropolitain nous indiquait que des « câbles réseaux avaient été arrachés et les serveurs endommagés » pour, d’après lui, « empêcher la tenue des examens à distance ». À 17h20, un état des lieux était en cours et la solidarité inter-université UM/UM3 s’organisait, afin de rendre les services informatiques opérationnels au plus tôt.

Des poursuites judiciaires seront engagées

« Il est intolérable qu’un groupe violent détruise le matériel de l’Université et prenne en otage les enseignants et les étudiants qui ont besoin de valider leurs examens de fin d’année pour pouvoir poursuivre leur scolarité » indique ce mercredi soir Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, tout en exprimant « son soutien total, y compris dans le cadre des poursuites judiciaires qui seront engagées ».

7 Comments

  1. Violation de l’espace public par de petits anarchistes , futurs cgtistes …c’est là qu’on se rend compte de la bien vieillance du procureur et du préfet …pour ce qui concerne le recteur , il doit encore dormir oû se gaver de petits fours dans le 7 éme

  2. C’est vraiment lamentable que certaines personnes aussi malveillantes ne laissent pas les étudiants qui ne sont pas de leur avis, passer leurs examens. Certes il existe le droit de grève mais aussi le droit de vouloir bosser ! Surtout quand on veut réussir SANS BOURSES, en étudiant et en travaillant à côté ! J’espère que ces « soi-disant » étudiants seront bien sanctionnés. Je dis bon courage à tous les autres et leur souhaite de réussir.

  3. C’est lamentable que des étudiants et autres personnes agissent de la sorte en empêchant de autres étudiants de passer leurs examens. Surtout lorsque ceux qui veulent réussir et de plus pour la plupart NON BOURSIERS doivent en plus d’etudier travailler à côté. Certes il existe le droit de grève de revendiquer mais également il existe le droit de vouloir étudier. J’espère que ces « soit disant » étudiants seront sanctionnés. Pour les autres je leur souhaite beaucoup de courage et surtout de réussir.

  4. Les commentaires sur Facebook c’est bien, mais maintenant faudrait peut être trouver une solution pour pas que les étudiants qui ont envie de bosser et de réussir soient pénalisés. Pourquoi ne pas faire évacuer les fauteurs de troubles par les CRS comme à Nanterre ?

    1. Déjà va trouver les fauteurs de trouble. Ensuite je ne vois pas comment tu peux prôner et défendre des fachistes qui ont violenter des étudiant.e.s en affirmant que c’est une solution ??? Je crois rêver là. Depuis quand on appelle à la violence pour régler les choses ?! Je suis d’accord sur le fait que c’est un acte grave et qu’ils doivent être sanctionner, tout le monde n’est pas du même avis dans cette affaire, mais y’a des limites. Faut faire attention à ses propos quand on se positionne et surtout se renseigner aussi.

  5. Peut-être les mêmes que ceux qui avaient bloqué la Fac de droit et dont les média avaient généreusement pris la défense !

    1. Ah parce que tu crois que les médias se rangent du côté des étudiants, généralement ? Si ils l’ont fait cette fois-ci (et encore ça dépend de quels journals/chaînes tu parles) pose toi des questions. Désolée mais entre un directeur qui se cachent derrière des fachos (en assumant totalement, qui plus est) et de simples étudiants qui mobilisaient un amphithéâtre pour leurs droits la NUIT (donc qui n’empechait personne d’étudier), je choisis très clairement les étudiants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *