Palavas-les-Flots : l’élue au commerce se retire et contre-attaque

Métropolitain a évoqué ici le week-end dernier l’affaire qui agite Palavas-les-Flots depuis que, samedi matin, lex exploitants du bar-restaurant panoramique du Phare, au coeur de la station balnéaire ont installé de gros panneaux à l’accueil dénonçant l’augmentation du tarif de 2€ à 3€ pour grimper au 11ème étage.

Le gérant du Phare, Laurent Lechuga parle carrément de racket, un terme qui suscite la colère du maire, Christian Jeanjean : « Le prix d’accès au Phare depuis le hall du palais des congrès n’avait jamais été augmenté depuis son ouverture en l’an 2000. Cela faisait dix-huit ans qu’il était fixé à 2€ ». Mais, l’affaire se corse : sur le site Facebook, Laurent Lechuga met nominativement en cause une élue de la commune et diffuse un extrait d’une vidéo -qui dure en tout dix minutes- qui, selon nos informations a été transmise le 13 mars dernier au Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Montpellier. On y voit deux individus filmés par les caméras de vidéosurveillance qui, selon le gérant du Phare se livreraient à une extorsion de fonds…

Cette vidéo a été remise aux policiers de la PJ avec la plainte déposée par le gérant du Phare, qui vise nominativement l’ex-conseillère municipale qui exploite trois brasseries à Palavas-les-Flots. L’enquête est en cours sous la direction du procureur de la République, Christophe Barret.

« Gravement diffamatoire »

L’affaire est très sensible. Et connaît depuis lundi soir des prolongements spectaculaires, avec la décision de Sandra Marcou, l’élue attaquée sur les réseaux sociaux, de se retirer du conseil municipal de Palavas-les-Flots. « Pour lui permettre de se défendre après les propos calomnieux et mensongers tenus par M.Lechuga, Mme Marcou m’a demandé de lui retirer ses délégations au commerce, marché aux puces, accueil, élections, état-civil et population. M.Lechuga impute à Mme Marcou, sur le site Facebook, des infractions pénales gravement diffamatoires », indique le maire. Et Christian Jeanjean de conclure que, « le gérant du bar-restaurant du Phare ferait mieux de respecter ses obligations commerciales, plutôt que de diffamer indistinctement des élus de la commune. Mme Marcou se réserve le droit de saisir l’institution judiciaire ».

Selon nos informations, la direction du Phare n’honorerait pas ses loyers mensuels…« C’est faux, j’ai la preuve que mes loyers sont à jour de paiement », assure Laurent Lechuga, ce mardi, à Métropolitain, précisant que, « le tarif pour accéder au restaurant panoramique était de 10 francs en 2000, puis de 1,50 € au passage de l’euro, avant d’être porté à 2 € en 2009 ».

Affaire à suivre.

L’élue, Sandra Marcou -deuxième en partant de la gauche-, lors de l’inauguration du Marché de Noël par le maire, Chrostian Jeanjean. Photo Métropolitain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *