Montpellier : les Folies d’O sur le ton de la comédie avec Shirley et Dino

Si on les connaît dans leur rôle de formidables humoristes décalés, Corinne et Gilles Benizio, alias Shirley et Dino pour la scène, ont d’autres cordes à leur arc. Comme leur art de la mise en scène pour lequel ils ont été sollicités afin de présenter l’opéra comique La Fille du Régiment de Donizetti ,dans le cadre des Folies d’O les mercredi 4, vendredi 6 et dimanche 8 juillet au Domaine d’O.

« On peut faire rire et émouvoir aussi avec un opéra un peu plus sérieux. C’est une petite sortie de piste des Folies Lyriques » assume Jérôme Pillement plus habitué à présenter au public des opérettes. Originalité également cette année avec la réalisation des décors en mapping vidéo. Plaisir supplémentaire pour les fans du duo qui pourront cette fois les voir sur scène avec la dernière représentation du spectacle Dino fait son crooner, Shirley fait sa crâneuse, le 5 juillet.

Donizetti a inspiré Offenbach

Pour ceux qui seraient étonnés par cette programmation éloignée de celle habituellement présentées aux Folies d’O, Jérôme Pillement explique : « C’est un opéra comique oui, mais Carmen, aussi, est un opéra comique. C’est une forme, cela veut dire que c’est un opéra où l’on chante, où l’on joue et où l’on parle ».

Le chef d’orchestre et directeur artistique de l’association Folies lyriques, en charge d’un festival désormais placé sous la houlette de la Métropole de Montpellier avec le soutien financier du Département de l’Hérault, explique en quoi La Fille du Régiment n’est pas si éloignée d’une opérette : « Ce premier opéra réaliste va énormément inspirer Offenbach, le père de l’opérette française. Dans cet opéra, la musique localise l’action et caractérise les personnages. Quand vous entendez des militaires qui défilent, vous entendez l’orchestre qui fait rataplan-plan et les choristes qui chantent rataplan-plan. Tout ça au premier degré. Vingt ans après, Offenbach va le prendre au deuxième degré et tout le monde va se marrer. Quand la mariée est amoureuse et langoureuse, on va être ému par le chant. Et, quand à l’histoire de cette lavandière qui va épouser un tyrolien, tout le monde s’en fout, on veut entendre la musique. Mais finalement cela a un charme absolument désuet ».

Shirley et Dino à la mise en scène

Avec le souvenir d’un Roi Arthur mis en scène par Corinne et Gilles Benizio, présenté il y a une dizaine d’années à l’opéra Comédie lors du Festival de Radio France, le directeur artistique s’est donc tourné vers eux pour redonner un second souffle à La Fille du Régiment : « Ce qui  m’a plu dans leur approche de l’opéra, c’est qu’ils n’ont pas besoin d’avoir un livret comique pour faire quelque chose de drôle. L’humour à l’opéra, c’est comme au cinéma et au théâtre, c’est toujours dévalué. La comédie est un genre toujours un peu en dessous. L’opérette, c’est un peu pareil, le parent pauvre de l’opéra. C’est de l’opéra où au lieu de mourir à la fin, on rigole. Mais c’est la même chose. C’était important pour moi de faire venir des gens qui ne s’excusent pas de rendre une pièce drôle ».

Et s’ils ont déjà fait leurs preuves en tant que metteur en scène, ce choix s’inscrit pleinement dans la volonté du festival de s’adresser à tous les publics. « Dans les salles, au milieu des spectateurs, j’ai vécu des belles émotions », raconte Corinne, « Des gens qui venaient pour la première fois parce que c’était Shirley et Dino qui mettaient en scène. Si les gens trouvent les chemins des théâtres et des opéras grâce à notre nom, tant mieux, je m’en réjouis ».

Le livret réécrit dans son intégralité

Corinne et Gilles Benizio, très heureux de revenir travailler à Montpellier, retrouvera le choeur de l’opéra et l’orchestre national avec qui ils avaient déjà travaillé pour La Belle Hélène. « Quand Jérôme nous a proposé La Fille du Régiment, on a dit on va voir. Musicalement, l’oeuvre est magnifique. La seule chose qui nous a dérangé, ce sont les scènes jouées. On ne comprend rien » explique Corinne. Gilles poursuit : « Si on simplifie l’histoire, c’est un mélodrame avec une fille abandonnée recueillie par des militaires sur un champ de bataille. Elle retrouve par hasard sa tante qui est en fait sa mère. Et ça se finit bien donc c’est une comédie. On a essayé de simplifier pour être le plus clair possible. Peut-être que quand vous la verrez vous direz pareil, que vous ne comprenez rien » s’amuse t-il.

« On s’est permis aussi de rendre les scènes un peu plus drôle car c’était désuet. C’était un humour qui ne nous parlait pas. Donc on a tout réécrit en restant sur la ligne narrative mais en s’inspirant de la comédie italienne des années 50 » complète le couple qui prévient les puristes de l’oeuvre : « Il n’y a pas un mot qui correspond ». Bien évidemment les paroles des chants et les musiques n’ont pas été modifiés.

Les deux metteurs en scène ont travaillé avec les chanteurs comme avec une troupe d’acteurs afin d’amener aux différentes scènes la touche de comédie nécessaire à leur jeu. Autre originalité permise par le l’amphithéâtre à ciel ouvert avec l’utilisation du mapping vidéo. La société ID Scène, dont les Montpelliérains ont déjà pu apprécier les réalisations durant Coeur de Ville en Lumières, a été mise à contribution.

La dernière du Crooner

Le 5 juillet, les metteurs en scène laissent la place à son célèbre duo d’humoriste pour une toute dernière représentation de son spectacle créé il y a quatre ans Dino fait son crooner, Shirley fait sa crâneuse. Italien jusqu’au bout des ongles Dino pousse la chansonnette, à sa manière, en reprenant des airs transalpins. Dans cette ode à l’Italie aux airs de comédie des années 50, Shirley intervient avec fantaisie. Et pour compenser, les approximations de ses talents de chanteur, tout en restant fidèle au stéréotype de l’Italien, le crooner s’adonne à la cuisine.

Le public dégustera ainsi à fin du spectacle le fameux plat de pâtes accompagné de la sauce tomates dont la recette vient de la grand-mère de Dino.

>> Pratique : La Fille du Régiment les mercredi 4, vendredi 6 et dimanche 8 juillet, à 22h. Tarifs de 47 € à 10 €. Dino fait son crooner, Shirley fait sa crâneuse le 5 juillet à 22h. Tarifs de 40 € à 34 €. Pass pour les deux spectacles à tarifs préférentiels uniquement sur place ou par téléphone. Ampithéâtre du Domaine d’O / Entrée Nord. Ouverture du Domaine d’O à 19h30, restauration possible sur place. Points de locations : domainedo.fr ou 0 800 200 165 et sur les réseaux habituels.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *