Saint-Jean-de-Fos : le forcené a été interné

INFO MÉTROPOLITAIN. L’habitant de Saint-Jean-de-Fos âgé de 41 ans qui s’était retranché à son domicile, à l’entrée du village, sur la route de Gignac, vendredi soir, après avoir tiré des coups de feu, a été interné cette nuit à l’hôpital spécialisé de la Colombière, à Montpellier. Le médecin qui l’a longuement examiné vers 0h30 a conclu qu’il n’était pas apte à une mesure de garde à vue.

Vers 19h15 hier, les gendarmes de la brigade de Gignac ont été appelés par les voisins du quadragénaire qui tirait des coups de fusil de chasse en l’air. À l’arrivée de la patrouille, vers 19h30, il a refusé de les laisser pénétrer dans sa maison et il a, de nouveau ouvert le feu en l’air.

Un Psig Sabre en renfort

Des renforts ont été demandés et neuf militaires ont pris position autour de l’habitation, où s’était retranché le locataire, visiblement en état d’ivresse et sous l’effet de produits stupéfiants. Des sapeurs-pompiers du Sdis 34 des casernes d’Aniane, Gignac et du Pouget, ainsi que le médecin du Sdis de l’hôpital de Clermont-l’Hérault étaient sur place.

Les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention -Psig Sabre- de la compagnie de Castelnau-le-Lez et le Psig de la compagnie de Lodève sont arrivés sur place, rejoints par un négociateur du groupement de gendarmerie de l’Hérault. Ce dernier a entamé une discussion pour convaincre le forcené de remettre son fusil de chasse, les cartouches et de se rendre.

Neutralisé vers minuit

Il a essuyé un refus réitéré plusieurs fois, jusqu’à ce qu’un peu avant minuit, des militaires du Psig Sabre ne profitent d’une opportunité, un relâchement du forcené pendant qu’il échangeait avec le négociateur, pour pénétrer dans la maison et le neutraliser. Il a pu être menotté sans incident. Il a donc été interné.

Dans le passé, les gendarmes de Gignac et le maire de Saint-Jean-de-Fos sont souvent intervenus pour calmer ce quadragénaire, qui, lorsqu’il est en état d’ivresse et drogué se montre violent avec le voisinage, et ce depuis le décès de son père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *