Montpellier : blessé au tournevis pour avoir refusé d’être racketté

L’enquête a rapidement progressé après l’agression, dont a été victime un adolescent de 15 ans, jeudi après-midi, au début de l’avenue de Lodève, en haut du cours Gambetta, à Montpellier et que Métropolitain a évoqué ici, dès hier. Les deux agresseurs ont été arrêtés.

Jeudi vers 15h30, des témoins ont appelé le 17, le numéro d’urgence de police-secours, pour signaler que deux individus viennent d’agresser un piéton et que ce dernier a reçu un coup de tournevis dans le dos. Fort heureusement, la pointe de l’arme blanche n’a pas touchée d’organe vital.

L’adolescent a été médicalisé sur place par un infirmier et un médecin des sapeurs-pompiers du Sdis 34, ainsi que par un médecin du Smur-Samu 34, avant d’être conduit aux urgences du CHU Lapeyronie.

Un témoin capital…

Les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault ont rapidement recueilli les déclarations d’un témoin capital, qui a donné la direction de fuite et l’endroit où s’étaient dissimulés les deux agresseurs, après leur geste. Deux suspects aussitôt interpellés et conduits en garde à vue au commissariat central.

Ils ont indiqué être des mineurs étrangers non accompagnés hébergés dans un foyer et dans un hôtel de la ville. Une expertise osseuse réalisée à la demande du parquet des mineurs de Montpellier a déterminé que seul l’un d’eux était mineur -17 ans-, son complice étant adulte -19 ans-, ce qui a tété confirmé par son identité réelle, puisqu’il a déjà été condamné dans le passé.

…Et la vidéosurveillance

Le duo qui a nié les faits dans un premier temps a été formellement reconnu par le témoin capital et par la victime, avant d’être trahi par le visionnage des bandes de caméras de vidéosurveillance de la Ville de Montpellier. Les policiers ont vu les deux hommes en discussion agitée avec la victime, avant que l’un d’eux ne lui porte le coup de tournevis dans le dos.

L’adolescent, également un mineur étranger non accompagné âgé de 15 ans a refusé d’être racketté. En effet, l’auteur du coup de tournevis et son complice voulaient le contraindre à leur remettre son téléphone portable. Pour avoir refusé, il a été poignardé.

Le retour des mineurs non accompagnés

Cette affaire remet à l’ordre du jour le phénomène de l’arrivée massive depuis ces dernières semaines de mineurs étrangers non accompagnés, pris en charge par le conseil départemental de l’Hérault. La semaine dernière, une vingtaine de ces jeunes sont arrivés à Montpellier pour une prise en charge. Les foyers sociaux et les centres d’accueils affichant complets, ils sont confiés à des hôtels et du coup, livrés à eux-mêmes.

Leur surveillance reste aléatoire, en effet et de nombreux adolescents en goguette traînent, le jour, mais surtout la nuit dans les rues de Montpellier, où, en se mêlant à des bandes des quartiers du faubourg de Figuerolles et de Plan Cabanes, notamment les vendeurs à la sauvette et les dealers, ils sont à l’origine de tensions : rixes, rackets et vols crapuleux avec violences.

7 Comments

  1. « Leur surveillance reste aléatoire, en effet et de nombreux adolescents en goguette traînent, le jour, mais surtout la nuit dans les rues de Montpellier, où, en se mêlant à des bandes des quartiers du faubourg de Figuerolles et de Plan Cabanes, notamment les vendeurs à la sauvette et les dealers, ils sont à l’origine de tensions : rixes, rackets et vols crapuleux  »

    pays de fou.

    1. Beaucoup de ces mineurs proviennent d’Algérie, du Maroc, … on peut savoir ce qu’ils font en France ? leur pays n’est pas en guerre à ce que je sache … la France est devenue le dépotoir à racailles ?

  2. Personne n’est plus à l’abri à Montpellier, ni ailleurs en France. Nous sommes confrontés à ce problème même dans la journée. J’ai travaillé pas loin de la place de Comédie pendant 12 ans et je sais de quoi je parle !
    Pauvre France, pauvres nous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *