Enfants musulmans de Béziers : Robert Ménard relaxé

Le maire de Béziers, Robert Ménard, qui était poursuivi en appel pour incitation à la haine et discrimination, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour avoir affirmé en septembre 2016, qu’il y avait trop d’enfants musulmans dans les écoles de la ville a été relaxé, ce mercredi.

L’édile avait été condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Paris pour le délit présumé d’incitation à la haine raciale et à la discrimination. Condamné le 8 mars 2017, Robert Ménard avait fait appel. Son procès en appel s’est tenu le 7 février dernier, à Paris. En première instance, le maire de Béziers avait été condamné à 2 000 € d’amende.

« Je suis tellement heureux »

Le tribunal avait également accordé entre 1 € et 1 000 € de dommages et intérêts, ainsi que 1 000 € de frais de justice à six associations antiracistes qui s’étaient constituées parties civiles.

« Je dis tout juste ce que tout le monde voit et je continuerai à le faire, prévient Robert Ménard, tellement heureux. J’avais trouvé cela tellement injuste et infamant que l’on puisse m’accuser d’être raciste. C’est tellement loin de moi. De tout ce que j’ai fait dans ma vie. Je ne supporte pas l’idée qu’on puisse dire ou penser que je suis raciste et que je veuille m’en prendre à des enfants en raison de leurs origines ».

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *