Policier municipal blessé à Montpellier : syndicat en colère

Un policier municipal a été légèrement blessé la semaine dernière, dans le quartier du faubourg Figuerolles, à Montpellier, comme Métropolitain l’a relaté.

Un chauffard ivre, sans permis de conduire, ni assurance a volontairement foncé sur les policiers municipaux qui voulaient le contrôler, après avoir « brûlé » un feu rouge et stationné sa voiture en plein milieu d’une avenue. Fort heureusement, l’agent communal a été légèrement blessé. Et le chauffard qui s’était enfui a été intercepté.

Jean-Michel Weiss, le secrétaire général de la Fédération autonome de la police municipale Hérault-Gard -FA-FPT- est en colère, après cette agression. En poste à la Grande-Motte, il déplore et dénonce l’augmentation des violences envers les policiers municipaux dans la région.

« Trop régulièrement, les policiers municipaux sont victimes de violence, de menaces, d’insultes ou d’outrages. Sur un simple contrôle routier en pleine ville à Montpellier, un automobiliste a délibérément pris la fuite après avoir été intercepté pour un non-respect d’un feu rouge. Il a foncé avec son véhicule sur l’agent de la police municipale qui heureusement n’a été que légèrement blessé. L’automobiliste a été arrêté par un équipage de la brigade anticriminalité -BAC- de la police nationale, placé en garde à vue et déféré au parquet. Ces faits sont graves et démontrent le comportement irresponsable de certains individus qui ne respectent pas la loi et encore moins les fonctionnaires de police municipale. Les policiers, qu’ils soient nationaux ou municipaux, et les gendarmes sont les premiers garants de la sécurité. Ils contribuent à préserver la liberté, la tranquillité et la sécurité publique ».

PSQ : étroite collaboration

La FA-FPT souhaite que, « dans cette affaire la justice applique avec sévérité les peines prévues par les dispositions pénales en vigueur concernant les actes de menaces, de violences, de rebellions à l’encontre des policiers municipaux, mais aussi des gardes champêtres et des agents de surveillance de la voie publique. Ces personnels exercent leurs missions dans des conditions de plus en plus difficiles ».

La FA-FPT espère également que, « dans le cadre la mise en place de la « Police de Sécurité du Quotidien », la PSQ, aussi bien dans les quartiers identifiés de « reconquête républicaines », en zone de Sécurité publique, que dans les « départements mieux encadrés », en zone de la gendarmerie nationale, la collaboration entre les services de police d’Etat et les polices municipales soit particulièrement renforcée et encore améliorée ».

Comme Métropolitain l’a révélé dès dimanche matin, une opération de lutte contre les vendeurs à la sauvette et les commerçants illégaux a été menée conjointement sur les marchés en plein air et aux puces du quartier de la Mosson-la Paillade par les fonctionnaires de la Sécurité publique et de la police municipale de Montpellier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *