Montpellier : un piéton explique avoir été poignardé par…jeu !

Les services de secours de Montpellier sont intervenus ce mardi, vers 6h, dans la rue de Verdun, côté place de la Comédie, pour médicaliser un piéton âgé de 23 ans, blessé d’un coup de couteau. Il présentait une plaie à l’abdomen qui a nécessité son admission aux urgences du CHU Lapeyronie. Fort heureusement, la lame n’a pas atteint d’organe vital.

Quand les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault saisis de l’enquête se sont présentés au CHU, où ils ont eu l’autorisation de procéder à son audition, le jeune montpelliérain a refusé de déposer plainte, assurant connaître l’auteur de cette blessure portée à l’arme blanche et ses amis qui l’accompagnaient et livrant une version inattendue.

Le couteau a disparu

Selon lui, alors qu’il regagnait son domicile et qu’il se trouvait rue de Verdun, il aurait croisé ce groupe d’amis. Lors d’échanges, l’un d’eux a sorti un couteau et le groupe a décidé de s’en servir par jeu ! En clair, si l’on en croit la victime, les intéressés s’amusaient à se lancer l’arme blanche, jusqu’à ce que la lame vienne se planter accidentellement dans l’abdomen du jeune montpelliérain.

Bien entendu, ses « amis » ont détalé, en emportant le couteau. Des témoins ont appelé les sapeurs-pompiers. Ni les enquêteurs de la Sécurité publique, ni le procureur de la République sont convaincus par cette version qui paraît incroyable.

Vidéosurveillance

Selon eux, la victime pourrait cacher quelque chose de pas trop catholique. Les caméras de vidéosurveillance de la Ville de Montpellier ont été saisies et sont en cours de visionnage. La présence de caméras dans cette artère permet régulièrement d’élucider des agressions nocturnes, souvent violentes.

Il faut savoir que, même en l’absence d’une plainte, le parquet peut déclencher une enquête pour éventuellement identifier et interpeller les auteurs présumés, comme c’est le cas dans cette drôle d’affaire.

2 Comments

  1. Il me semble qu’il y a beaucoup d’agression à l’arme blanche dans cette ville où pas une semaine ne se passe sans son « planté ». Ça ne donne pas envie d’y aller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *