Montpellier : grosse opération pour des mini pelles volées

Une série de vols d’engins de chantier en bande organisée commis dans de communes autour de Montpellier a été élucidée par les gendarmes de la section de recherches -SR- de Montpellier, révèle ce samedi l’état-major du groupement de gendarmerie de l’Hérault.

À la fin du printemps dernier, un phénomène de vols d’engins de chantier, des tractopelles notamment, avait été détecté dans des communes de la région de Montpellier. Les mini pelles étaient ciblées. Des plaintes avaient été déposées et un lien a été rapidement fait entre ces vols par les enquêteurs. Les investigations ont permis de cibler une bande organisée se livrant aux vols, à la revente et le recel de mini-pelles utilisées sur des chantiers.

Surveillances et filatures

Les surveillances principalement effectuées par la cellule départementale d’observation et de surveillance de l’Hérault -COS-, composée de militaires agissant en civil et à bord de véhicules banalisés dotés d’un matériel de pointe et indétectables ont permis de matérialiser de nombreux vols, ainsi que la remise de plusieurs engins à des receleurs.

Des planques et filatures réalisées pendant plusieurs mois, notamment la nuit, car cette bande opérait principalement de nuit. Les cerveaux de ce gang organisé et les complices n’avaient pas le profil de délinquants, puisqu’ils la plupart inconnus de la justice. Certains avaient même un emploi ou étaient auto-entrepreneurs dans le milieu du BTP.

Ces tractopelles d’une valeur de 30’000 € à 40’000 € l’unité, selon la gendarmerie étaient cédés pour quelques milliers d’euros à des professionnels des travaux public et du bâtiment peu regardants…

Quinze vols

Mardi à l’aube, une opération judiciaire a été lancée, sous la direction de la section de recherches de Montpellier, renforcée par des unités des compagnies de l’Hérault. Elle a débouché sur l’interpellation de huit suspects impliqués dans les présumés vols et les recels de vol de cinq mini-pelles, d’une une remorque et de nombreux accessoires. Des engins volés ont été récupérés.

Au total, quinze vols présumés ont pu leurs être imputés. À l’issue des présentations devant le juge d’instruction du tribunal de grande instance de Montpellier, jeudi, les huit suspects ont été mis en examen : trois d’entre eux ont été incarcérés, les cinq autres ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *